11. Vivre les 5 accords toltèques au quotidien


Les Toltèques – peuple antique de l'Amérique du Nord– proposent une solution pour améliorer son rapport à soi, aux autres et au monde : passer avec nous-même 5 nouveaux accords, 5 accords sages pour limiter notre malheur, 5 accords à travailler tous les jours, à renforcer, jusqu’à ce qu’ils dépassent nos accords limitants et les dissipent…

 

Les effets de ces accords sont réellement impressionnants dès lors que vous les mettez en place : prise de recul dans les situations où votre ego est mis à mal, fin des ruminations infinies dues aux suppositions…


Les Toltèques étaient une communauté d'hommes de connaissances qui ont créé vers l'an 900  au sud du Mexique, un empire pacifique.

 

L'auteur du livre les 4 accords Toltèques, Don Miguel Ruiz est à la fois un homme normal, qui a mené une vie « normal » (travail, loisirs, amours, mariage) et extraordinaire puisqu'il a vécu une expérience de mort imminente (NDE) qui l'a profondément bouleversé. Il est médecin (formé à l'Occidentale) et chaman, ce qui lui donne une double culture.

 


Qu'est-ce qui nous empêche d'être heureux selon les Toltèques :

 

L'acceptation/le rejet : selon Don Miguel Ruiz, l'auteur du livre des accords, nous ne sommes pas heureux parce que nous sommes obsédés par notre image : « n'étant pas parfait, nous nous rejetons. Nous sommes incapables de nous pardonner de ne pas être tels que nous souhaitons, ou plutôt tels que nous croyons devoir être

« Nous ne nous pardonnons pas de n’être pas parfait »

selon lui, ce désir de perfection découle de nos besoins d'amour et d'appartenance inassouvie

 

La croyance, la foi : nous mettons toute notre foi dans le jugement et nos croyances, qui deviennent alors nos (pseudo) vérités. Dès lors, nous mettons toute notre énergie à les défendre (avoir raison) et à les imposer aux autres (prédictions).

 

La vérité/le mensonge : le travail spirituel consiste à regarder en face la vérité, notre vérité.

Malheureusement, nous mentons tout le temps, surtout à propos de nous : on se juge, on se justifie, on s’excuse, on déforme les faits pour se valoriser ou se rabaisser....

 

L'amour/la peur : malheureusement, la société actuelle est basée sur la peur et non sur l'amour. L'amour universel est l’objectif de toutes les voies spirituelles.


Pourquoi pratiquer les 5 accords Toltèques :

  • Pour améliorer votre vie personnelle et vous épanouir. Vivre moins de conflits, moins de malentendus.
  • Pour travailler autrement, dans une meilleure ambiance, avec une communication plus bienveillante et une meilleure cohésion d'équipe... 
  • Pour changer votre monde, en appliquant les accords et en les diffusant aux autres.

1er ACCORD 

« Que votre parole soit impeccable..... »

 

Une parole impeccable est forcément une parole positive, d'où l'importance de :

  • Ne jamais insulter qui que ce soit ! C'est un manque de respect, un poison violent.
  • Ne jamais calomnier qui que ce soit ! Les ragots constituent une forme de critiques cachées qui vise à salir l'image, la réputation de la personne. 
  • Ne jamais humilier qui que ce soit ! Cette volonté de blesser ou rabaisser l'autre est une parole des plus toxiques qui soit.
  • Ne jamais ridiculiser ou se moquer de qui que ce soit ! Si l'humour est universel, faire rire les autres au détriment de quelqu'un est inacceptable.
  • Ne jamais critiquer qui que ce soit, y compris soi-même, c'est un poison violent et toujours inutile
  • Ne jamais juger qui que ce soit y compris soi-même le jugement est une défense de l’ego, une façon misérable de se revaloriser en dévalorisant l'autre.
  • Ne jamais mentir ou tromper qui que ce soit y compris soi-même
  • Ne jamais flatter qui que ce soit : l'hypocrisie est une forme de manipulation passive inadmissible pour les Toltèques
  • Ne jamais se taire si l'on peut aider ou sauver quelqu'un avec son témoignage, quitte à se faire mal voir des autres.

PARLEZ POSITIVEMENT : Convertissez le négatif en positif :

  • Essayez le plus possible de parler avec des mots positifs,
  • Repérez toutes les phrases négatives (ce n'est pas faux, ce n'est pas croyable...)
  • Cherchez l’équivalence positive (c'est vrai, c'est surprenant …)
  • Lors d'un dialogue, vous pouvez inviter votre interlocuteur à jouer, expliquez lui l’intérêt de la parole positive et incitez-le à l'employer le plus possible pendant la conversation
  • Reprenez-le lorsqu'il dérape et demandez-lui de vous reprendre quand vous dérapez
  • Décidez ensemble de poursuivre ou non le jeu.

PARLEZ AVEC AUTHENTICITÉ

 

Etre authentique consiste à dire ce que l'on pense et penser ce que l'on dit.

Exprimez vos idées, vos avis, vos envies même si cela est différent de celles des groupes sociaux auxquels vous appartenez (famille, amis...) …

Rappelez-vous que s'affirmer, c'est toujours prendre le risque d'être jugé, critiqué et, surtout, rejeté du groupe...

 


SOYEZ ASSERTIVE

 

C'est l'art de s'affirmer sans agresser les autres. Elle englobe la franchise et l’authenticité, mais aussi, la demande et le refus.

 

Souvent nous ne demandons pas et nous ne refusons pas, par peur de la réponse de l'autre, du refus ou du rejet, parce que nous avons besoin de sécurité et d’appartenance et surtout parce que nous sommes accrochés à notre image.

 

Ne pas oser demander peut sembler anodin, sans gravité mais c'est tout le contraire.

Vos désirs non exprimés ne disparaissent pas, ils se transforment en attentes qui sont presque toujours frustrées. Alors elles deviennent des reproches (envers l'autre) et des regrets (pour vous) : c'est la double peine.

 

Je vous invite à lire ou relire le chapitre « savoir dire NON pour mieux se dire OUI » à ce sujet.


Exercices quotidiens pour une parole impeccable :

  • Je parle positivement : je m'interdis toute critique, même « justifiée » et je m'interdis de râler.
  • Je parle avec intégrité : je fais exactement ce que j'ai dit que je ferais (je tiens parole) et je dis clairement ce que je fais ou vais faire
  • Je parle avec authenticité : je ne mens pas (même pour faire plaisir), ne triche pas ou ne fais pas semblant (hypocrisie).
  • Je refuse de colporter les ragots, rumeurs et autres scandales et j'essaie de les arrêter.

2eme ACCORD

« Ne faites aucune supposition »

 

Les Toltèques conseillent de lâcher prise et de renoncer à savoir pourquoi les personnes font ce qu’elles font.

Avez-vous réellement besoin de savoir, quel est le besoin caché derrière ce désir ? Un besoin de sécurité, un besoin de contrôler les autres ? un besoin de vous revaloriser (nourrir votre ego) ?

Pour cette même raison, les Toltèques proposent de communiquer clairement vos propres envies et attentes, vos raisons, vos motivations. De la sorte, vous diminuerez le risque de générer des doutes, des interprétations et des suppositions chez les autres.

Il est absurde d’espérer que les autres décodent vos envies

si vous ne leur communiquez pas....

La clarté relationnelle permet d'éviter les malentendus, les frustrations et les conflits...mais cela demande du courage !


Acceptez de ne pas savoir :

 

Vous avez tous été entraînés à raisonner (réfléchir rationnellement) pour régler différents types de problème !.  Que ce soit en entreprise ou en famille, vous analysez, réfléchissez, recherchez les causes du problème afin d'y trouver des solutions, Et si ça ne marche pas ? Vous recommencez... « savoir, c'est pouvoir » disait Bacon. C'est contrôler et dominer les choses, les gens et les événements.

 

Alors quand il se passe quelque chose d’imprévu que faites-vous ? Vous essayez d'expliquer, de rendre les événements cohérents et logiques. Vous interprétez les faits encouragés par vos pseudos-certitudes que sont vos croyances.

 Je vous invite à lire ou relire le chapitre « ses croyances qui nous encombrent » pour plus de détails.

 

Vous avez besoin de tout justifier, de tout expliquer, de tout comprendre afin de vous rassurer. Peu importe que la réponse soit correcte ou non, le seul fait de trouver une réponse vous rassure ! C'est pour cela que vous faites des suppositions et que vous êtes en plus, persuadés d'avoir raison.

La vérité c'est que vous ne savez presque rien...

Socrate disait, « je sais une chose c'est que je ne sais rien »

 

Que savez-vous vraiment de vous-même et des personnes qui vous entourent ? Ou de ce qu'il s'est passé et de ce qu'il va se passer ? La vérité est simple : presque rien...

 

La plupart de vos suppositions concernent souvent d’autres personnes. Pourquoi untel vous a fait cela ou dit cela ? Quelles sont ses intentions réelles ? Vous aider,  vous faire évoluer ou profiter de vous, vous utiliser ? Mystère !

Demandez à la personne et écoutez SA réponse, soyez ouvert car cela ne sera pas forcément la réponse que vous espériez ou imaginiez. Soyez prêt à tout entendre sinon votre interlocuteur vous dira ce que vous voudrez entendre, et cela ne sera pas la vérité non plus.

 

L'accord "ne faites pas de supposition" s'applique dans les deux sens, ne supposez pas que les autres savent ce que vous voulez ou ne voulez pas ; dîtes-le clairement, ne faites pas de sous-entendu, de périphrases ou de longs détours pour exprimer votre souhait.

 

Ne craignez pas les refus, un NON est juste un refus DE VOTRE DEMANDE pas un refus de votre personne !

 Et même, si quelque chose ne vous convient pas ou plus, dîtes-le clairement, simplement et immédiatement.


Exercices quotidiens pour ne plus faire de supposition  :

  • Je renonce à tout savoir, tout comprendre et à tout (vouloir) expliquer : j'admets que les gens ne savent pas ou ne disent pas toujours pourquoi ils agissent comme ils le font 
  • Si je n'arrive pas à lâcher prise, je demande la raison d'un acte ou d'une parole qui me perturbe ou me blesse profondément....sans a priori !
  • Je m'exprime clairement (en particulier sur mes besoins et mes désirs) pour ne pas susciter de malentendus ni de conflits.

3ème ACCORD

« Quoi qu'il arrive, n'en faites pas une affaire personnelle! »

 

Cet accord vous apprend comment répondre à une parole qui n'est pas impeccable ….

Prendre les choses de façon personnelle, revient à dire que vous prêtez à l'autre une intention négative à votre égard. Vous vous mettez plus ou moins, volontairement ou inconsciemment, au centre de la vie de l'autre. 

Lorsque vous devenez adultes, vous faites tous semblant d'accepter que vous n'êtes plus le centre du monde (comme lorsque vous étiez enfant) mais vous y avez goûté suffisamment pour y être tous encore « accro ». Alors à la moindre occasion, vous redevenez cet enfant capricieux et immature : vous exigez d’être servis tout de suite ou en premier, vous refusez que l'autre ne réponde pas à toutes vos exigences....

 

Ce que vous entendez vous blesse car ce qui est blessé, c'est votre image, la représentation que vous avez de vous-même.

Qu'est-ce que cette image de soi ? Une construction, une projection ?

En fait, il s'agit de la représentation de ce que les autres pensent de vous, ce que vous êtes et ce que vous n'êtes pas. C'est la somme de tous ces jugements.

Je vous invite à lire ou relire l'article « 3. Ces jugements qui vous font tant de mal» pour plus de détails.

 

 

Pour les Toltèques, chacun vit dans son rêve, DANS SON MONDE,  personne ne vous veut de mal, les autres réagissent par rapport à leur histoire, à leur passé, à leurs croyances...


Exercices quotidiens pour ne plus rien prendre de façon personnelle :

 

  • Je comprends et je dépasse l'égocentrisme : je me rappelle chaque fois que nécessaire que je suis ni le centre du monde, ni celui de la vie d'autrui. Je ne suis, au mieux, qu'un prétexte à l'agressivité des autres.
  • Je comprends et je dépasse la susceptibilité : je cesse de tout interpréter comme une attaque personnelle et intentionnelle.
  • Je comprends et je dépasse l’ego : chaque fois que je me sens blessé ou agressé, je me rappelle qu'il s'agit (presque) toujours d'une interprétation alimentée par le faux besoin de paraître important.

4ème ACCORD

«  Faites toujours de votre mieux »

 

La seule réalité est le présent, par conséquent si vous avez quelque chose à faire ou à dire c'est maintenant. La procrastination (reporter indéfiniment ce que vous avez à faire) n'existe pas chez les Toltèques. Pas plus que votre tendance à parler de vos futurs actions au conditionnel : « quand je serai grand ou riche ou.... je ferais... » tu fais maintenant ou tu te tais !

 

Puisque vous faites toujours de votre mieux avec les moyens mis à votre disposition, il n'y a rien à regretter, rien à réécrire et il n'y a aucune place pour les remords, les regrets et les auto-critiques « quel idiot, si j'avais su... ». Chacun fait de son mieux avec ses moyens et ses contraintes, avec ses compétences, ses connaissances et ses qualités, mais aussi et surtout avec ses limites, ses blessures et ses défauts.

 

Lorsque vous avez compris cet accord, il devient impossible d'en vouloir aux autres : de toute façon, et quels que soient leurs actes, ils ont tous fait de leur mieux...de LEUR mieux, pas du vôtre, de leur point de vue et non du vôtre. Cela ne signifie pas que vous ne ressentirez pas ou plus de colère mais cette émotion ne se transformera plus en rancune ou en colère. Le pardon devient alors une évidence, comme lorsque vous constatez la bêtise d’un enfant …

 

Si vous arrêtez de comparer :

  • Les personnes entre elles,
  • Elles avec vous et
  • Vous avec votre idéal,

Vous allez ressentir beaucoup plus de légèreté. Je vous invite à essayer....


Exercices quotidiens pour faire toujours de votre mieux :

 

  • Je vis l'instant présent ….à fond ! Comme si c'était le dernier, car le présent est la seule réalité.
  • Je lâche prise sur le résultat : je fais ce qui est à faire et je passe à autre chose.
  • Je ne regarde pas en arrière et je m'interdis les regrets, les remords et autres autocritiques (« si j'avais su... ! » « Quel idiot... », « pourquoi j'ai fait ça... »etc)

5ème ACCORD

« Soyez sceptique, mais apprenez à écouter... »

 

Cet accord a été élaboré par le fils de don Miguel Ruiz. Il vous incite à ne pas tout croire sur parole, tout en restant à l'écoute des autres, à vérifier par vous-même les vérités ou les informations que les autres vous proposent ou vous imposent parfois...

 

Remettez tout en question....croyances et certitudes.


Exercices quotidiens pour être sceptique tout en apprenant à écouter :

  • Je me demande à qui sert l'information qu'on me donne que ce soit à la télé, dans les journaux, sur les réseaux sociaux ou en privé.
  • Je vérifie par moi-même les informations douteuses. Je demande ou me demande comment telle ou telle vérité est prouvée.
  • Je me force à lire ou à écouter jusqu'au bout les personnes, avec lesquels je ne suis pas d'accord et je me demande ce qui est vrai et ce qui est faux.

Comment pratiquer les accords ?

Pratiquez seul

 

L'avantage c'est que vous n'avez pas besoin de l'autorisation des autres et vous ne risquez pas d'être jugé, critiqué ou questionné. Par conséquent vous pouvez pratiquer les accords dès maintenant, tout le temps et partout.

 

Pensez à vous récompensez chaque fois que vous réussissez à pratiquer les accords mais aussi chaque fois que vous prenez conscience que vous ne les avez pas respectés et que vous avez réussi à vous remettre dans le « droit chemin ». (s'excuser après une parole pas impeccable).

Inventez-vous des challenges.

 

Exemples d'exercices pour pratiquer seul : 

  • Restez calme avec telle personne, parlez impeccablement lorsque vous abordez tel sujet de conversation...
  • Face à la médisance, respirez un grand coup et souvenez-vous que la personne vit dans SA bulle, dans SON monde et qu'elle a dit ça pour SES raisons, qui n'ont probablement pas beaucoup de rapport avec vous.
  • Pour neutraliser les personnes négatives pour vous, un environnement familial, amical, professionnel... :
    • Identifiez-les : pervers narcissiques, manipulateurs, possessifs, séducteurs, râleurs...
    • Évitez-les.
    • Neutralisez ceux que vous ne pouvez pas éviter (famille, chef...), Ces personnes toxiques ne sont pas là par hasard dans votre vie, trouvez le sens de leur présence afin de vous libérer de leurs influences négatives.
    • Et enfin, voyez-les comme des moyens de progresser.  Peut-être sont-elles là pour vous faire progresser dans votre "mission de vie" et vous guérir de vos blessures émotionnelles : attitude de pardon si vous avez subi la blessure de trahison, affirmation de soi si vous avez subi celle de l'humiliation... Pour ceux d'entre vous qui souhaitent approfondir et guérir de leurs blessures, je vous donne RDV à l'Atelier-Je "Guérir de ses 5 blessures émotionnelles" que je propose tous les 2 mois sur Hostens.

Comment pratiquer les accords ?

Pratiquez avec tout le monde

 

Certains de vos besoins ne peuvent être satisfaits QUE par les autres : besoin de communication, d'appartenance ou de reconnaissance par exemple.

 

Certains hindouistes disent même que si vous rencontrez quelqu'un, c'est la bonne personne pour vous. Si vous vivez quelque chose, c'est la bonne situation et le bon moment pour vous, quelle que soit cette situation ou cette personne..

 

Exemples :

  • Un inconnu vous insulte dans la rue : ne prenez pas les choses de façon personnelle, peut être est-il agacé par un événement survenu avant et qui ne vous concerne absolument pas 
  • Un collègue vous informe des agissements étranges de votre chef : ne faites pas de suppositions, faites votre propre opinion, ne vous laissez pas influencer.
  • Une collègue vous prévient « gentiment » qu'une autre collègue vous critique par-derrière : écoutez-la, mais ne la croyez pas ! Vérifiez....
  • Votre fille a raté son concours : expliquez-lui qu'elle a fait de son mieux...et qu'elle n'a, par conséquent, rien à se reprocher, redonnez lui confiance en elle !

 

Pratiquez en famille 

 

Le mieux est de les appliquer vous-même parce que les enfants reproduisent ce que leurs parents font et rarement ce qu'ils disent qu'il faudrait...

 

 

Pratiquez-les le plus souvent possible. Appliquez-les avec persévérance et surtout régulièrement. C’est la façon de montrer que vous les incarnez

 


Encouragez la pratique autour de soi

 

1er ACCORD :

Parlez de façon impeccable: encouragez quelqu'un qui parle positivement ou authentiquement, qui ne râle pas ou plus, ne critique pas...

 

2eme ACCORD :

Ne faites pas de suppositions : écoutez, observez le changement dans le comportement de la personne face à un événement désagréable: arrive-t-elle à lâcher prise? Arrive-t-elle à renoncer à tout savoir  ? Encouragez-la, félicitez-la.

 

3eme ACCORD :

Ne pas prendre de façon personnelle : il suffit d'observer la réaction de la personne déçue ou blessée, prend-elle cet événement de façon personnelle ? Réagit-elle d'une façon égocentrique ou détachée ? félicitez-la pour ces efforts.

 

4eme ACCORD :

Faire de son mieux : après l'action, comment réagit la personne ? Rumine-t-elle ses choix, ses paroles, ses actes ou bien passe-t-elle à autre chose ? Réécrit-elle sa vie (si j'avais su...) ou bien tire-t-elle des enseignements de ses erreurs. Encouragez ses efforts.

 

5eme ACCORD :

Etre septique : la personne fait-elle preuve d'a priori ou adhère-t-elle d’emblée au discours entendu ? Vérifie-t-elle par elle-même ? Pose-t-elle des questions ?



Ces posts sont issus du livre « mieux vivre avec les Accords Tolteques » de Patrice Ras.


 

 

 

Afin de mieux intégrer ces 5 accords, je vous propose de participer à l'Atelier-Je "Vivre les 5 Accords Toltèques au quotidien" sur Hostens.

 

 

 

  • Vous aurez à réfléchir sur une relation que vous vivez actuellement et qui est difficile ou gênante pour vous.
  • Vous serez invité à observer quel accord erroné vous avez mis en place et qui ne fonctionne pas.
  • Et enfin, tel un chevalier, fort de votre armure, vous mettrez en place, un nouvel accord avec de nouvelles intentions.

Rendez-vous au prochain article pour aller voir au plus profond de vos 5 blessures émotionnelles.

 

Ensemble, nous allons :

  • Les explorer une à une,
  • Voir le masque que votre ego a mis en place pour vous protéger
  • et ainsi pouvoir vous en libérer
  • et en guérir...

Écrire commentaire

Commentaires: 0