Le lâcher prise

La vie offre son lot de contrariétés, et plutôt que de vous laisser ronger par l'adversité, la meilleure attitude, c'est l'aptitude à accepter, à être indulgent envers vous-même.


A accepter vos limites et accepter que vous ne puissiez pas toujours tout contrôler,

Accepter ce qui ne peux pas être modifié.

Si vous êtes fermé, les événements sont bloqués.

Si vous êtes détendu et confiant, les événements arrivent.

 

Le lâcher prise vous permet d'accueillir ce changement, de laisser la place au possible.

 

Il vous débarrasse de vos craintes, de votre culpabilité, de vos doutes, il vous permet d' aimer et apprécier les autres pour ce qu'ils sont.


a quoi ça sert de s'inquieter

 

 

Entre votre mode de vie, qui vous pousse à aller vite et à posséder toujours davantage. Entre vos peurs et vos doutes, lâcher prise est très compliqué.

 

Pour cela il vous faut apprendre à vous débarrasser de vos croyances, de vos rancunes, de votre colère et votre amertume pour afin passer à autre chose.

Car lâcher prise c'est laisser s 'en aller ce qui n'a plus lieu d'être, cesser de se battre et de résister, renoncer à tout contrôler et accepter ce que vous ne pouvez changer.

 

 

C'est une étape essentielle pour vous libérer et accueillir l'autre, et vivre enfin la vie qui vous ressemble


définition du lâcher prise

 

 

 

 

 

 

Lâcher prise c'est se libérer 

 

 

 

 

 

Redevenir maître de votre vie, de vos choix et de vos décisions.

Ne plus laisser la souffrance dicter vos actes et vos pensées.

Vous libérez et couper les liens qui vous enchaînent au passé et vous retiennent dans une existence qui n'est plus la votre.

Ne plus vous sentir coupable ou redevable et envisager l'avenir plus sereinement

 

Lâcher prise c'est s'ouvrir à l'autre :

Ne plus chercher à contrôler ou à changer ce que vous ne pouvez plus modifier, ce qui ne dépend pas de vous.

 

Lâcher prise permet de s'ouvrir à l'autre et de l'accepter tel qu'il est avec toute sa vulnérabilité.


le lâcher prise un temps pour soi

 

 

Laisser faire sans faire 

 

Si une personne ne vous apprécie pas , vous aurez beau mettre tout en œuvre, cela ne fonctionnera pas. vous aurez beau être gentil, serviable, attentionné, aimable.. si elle décide de ne pas vous aimer, elle ne vous aimera pas. Et cela n'a aucune importance.

 

Les autres ont le droit de penser ce qu'ils veulent au même titre que vous êtes libre de penser ce que vous voulez. Ils ont leur libre arbitre.

Le plus important est de ne pas tenir compte de ce que les autres pensent.

 

Car dans la vie on ne peux pas plaire à tous le monde, l'essentiel est d’être en phase avec vous même.

 

Lorsque vous décidez de ne plus dépenser d’énergie pour être autrement que ce que vous êtes, vous devenez libre et autonomes : acceptez d’être « imparfait »

 

 

Lâchez prise et laissez faire sans faire. 


t'accepter tel que tu es

 

 

 

Le prix de la négligence

 

A travers vos comportements, vous recherchez l'estime, la reconnaissance de l'autre. vous cherchez à vous faire aimer, à vous faire apprécier. Mais a quel prix ?

Vous vous oubliez, vous faîtes abstraction de vous, vous vous mettez en situation de dépendance vous donnez le pouvoir à l'autre sur vous même.

 

Il est essentiel de prendre conscience que si vous vous respectez pas, vous ne pourrez pas être respecté(e). Si vous ne vous faites pas confiance, l'autre ne peux pas vous faire confiance. Tout vient de vous.

En cherchant à vous faire apprécier de l'autre, avant d'apprendre à vous apprécier vous même, vous créez inconsciemment de la frustration.

 

En attendant de l'autre qu'il vous donne son approbation par rapport a ce que vous attendez, vous fabriquez des rapport tronqués. C'est à vous de vous accorder de l'estime et de l'amour.


Lâcher prise c'est aller vers le changement

 

Tout autour de vous est en perpétuel mouvement donc changer c'est juste passer d'un état à un autre. Laisser ce qui n'est plus et accueillir ce qui arrive.

Le lâcher prise s'est donc partir a la découverte de soi même, s'écouter davantage et faire confiance afin de savoir ce que l'on veut, prendre conscience de ses limites et de ses capacités afin de se donner les moyens de changer et oser aller vers la nouveauté.

 


Le besoin de tout contrôler

 

Avant de vous lancer sur un projet ou prendre une décision, vous cherchez la garantie que le chemin que vous prenez est le bon. Cependant, vous ne pourrez être sûr de votre destination, que si vous prenez la route.

 

C'est cette peur de prendre la mauvaise décision, qui vous fait stagner dans votre vie.

C'est votre volonté de tout contrôler qui vous empêche d'aller de l'avant et de prendre des risques.

 

Ce besoin de maîtrise et de contrôle émane d'une peur. La peur que si vous lâcher prise, rien ne se passera « comme prévu » et que tout ira contre vous.

Et derrière cette peur, se cache un besoin fondamental : le besoin de sécurité.

 

En planifiant tout et en restant en permanence dans votre zone de confort, vous avez le sentiment d'être en sécurité, car c'est ce que vous connaissez.

D'une certaine manière, c'est parce que vous n'avez pas suffisamment confiance en vous (vous ne tentez pas car si cela ne se passe pas comme prévu, vous serez triste et déçu, vous ne serez peut être pas gérer les événements), ni confiance en la vie.

 

Ne partez pas du principe que les choses vont mal se passer et que la vie ira contre vous si vous lâcher prise.

N'accordez pas de crédit aux « scénarios catastrophes » du mental.

 

Lâcher prise, c'est vous faire confiance à vous même et avoir foi en la vie, en l'univers et en l'ordre de toute chose. Contrôler bloque l 'énergie de la vie et l'abondance qui vous arrive.

 

Imaginez que la vie est comme une cascade d'énergie provenant tout droit de l'univers qui circule en vous en permanence. L'eau de cette cascade vous apporte tout ce qu'il vous faut, elle vous maintient en vie et vous offre tous les événements dont vous avez besoin pour évoluer. Elle est inépuisable.

Lorsque vous cherchez à trop contrôler les événements et les personnes autour de vous, c'est comme si vous essayiez de placer une dérivation dans cette cascade pour la faire changer de direction. Vous vous épuisez cela ne marche pas, et vous êtes trop occupé à essayer de modifier son écoulement pour profiter de tous ses bienfaits.

 

 

Le lâcher prise vous demande « d'abandonner » ou de « lâcher » non pas vos rêves ou vos buts, mais l'idée que vous avez de la manière dont ce rêve se réalisera.


paulo coelho, devenez ce que vous êtes

 

 

 

Beaucoup de raison vous empêche de lâcher prise et vous prive de la liberté de vous réaliser 

  • vous tenez aux choses, aux situations ou aux personnes qui semblent répondre à vos besoins (besoin d être aimé, d’être reconnu...) même si cela vous prive du bonheur.

  • Vous tenez à avoir raison dans les choix que vous avez fait même si ils vous emprisonnent.

  • Vous pensez connaître ce qui est le meilleur pour vous et maintenez vos attitudes

ce qui vous empêche de lâcher prise.

 

 

Sans oublier tous ce que vous cherchez à contrôler et ce que vous acceptez par « principe »


Ces liens qui vous enchaînement

 

Votre identité se façonne et évolue tout au long de votre vie au travers de votre éducation, vos échecs, vos réussites, vos choix, vos rencontres, les événements...

Elles peuvent être liées à des événements précis, des croyances, des émotions négatives ou des comportements dont vous n'arrivez pas à vous défaire.

Vous avez tous à l'esprit, un deuil, une rupture, des mauvais souvenirs ou des expériences désagréables auxquels vous repensez sans cesse et n'arrivez pas à oublier.

Pour certains d'entre vous, cela ressemble à des chaînes qui vous enferment, vous rattachant au passé, conditionnant votre présent et entravant votre futur.

 

Lâcher prise c'est tirer un trait sur ce qui est révolu et cesser d'entretenir, volontairement ou non, ce qui a fait ou vous fait souffrir.


Cultiver les sentiments négatifs

 

Vous avez tous un jour était trahis, rejetés ou déçus par un ami, blessés par des paroles, jalousé autrui ou culpabilisé pour une « mauvaise » action.

Observez comme ces émotions négatives vous font encore du mal aujourd'hui.

Et en plus, vous y associez colère, jalousie, rancune ou remord, repassant en boucle les scènes en question.

Lâcher prise, c'est accepter les faits, pardonner à ceux qui vous ont fait souffrir, transformer ses « échecs » en expériences afin de passer à autre chose.

 

S'attacher à des comportements inadéquats

Bouder au lieu de vous exprimer, dire oui alors que vous pensez non...

Vous avez du mal à modifier vos habitudes qui pourtant vous pèsent.

 

Lâcher prise c'est modifier certains comportements, inadaptés ou injustifiés, afin d'aller vers le changement.


Suivre ses croyance et pensées limitantes

 

Vos croyances vous obligent à suivre des règles subjective, parfois éloignés de la réalité.

Elles vous empêche de renoncer pour rester « fidèle » à ce que vous croyez.

 

Vos pensées limitantes, conditionnent l'estime que vous vous portez, alimentent vos peurs et déforment votre perception de la réalité.

Basé sur la critique, le reproche, elles sont des chaînes qui vous empêchent de vous révéler tels que vous êtes.

 

Lâcher prise c'est apprendre à voir la réalité autrement et faire taire cette « petite voix » qui vous empêche d’être vous même


Poursuivre des chimères

 

Avoir des objectifs est indispensable pour avancer. Ils sont une source de motivation et de plaisir.

Cependant il ne s’agit « que » d'objectifs, qui peuvent changer, évoluer et ne plus correspondre, un jour, à vos valeurs, vos envie.

 

D’où l'importance de garder un certain recul, et de savoir les abandonner s'ils n'ont plus lieu d’être.


Le bonheur des autres

 

Vous avez tendance à vous oublier afin de faire plaisir, prendre soin de votre entourage.

Vous taisez ce qui pourtant vous soulagerait, persuadé(e) que votre bonheur passe avant tout par le bonheur des autres, et vous faites passer vos propre désirs après tout le reste.

 


Lâcher prise c'est oser vous exprimez, oser être vous même et prendre conscience de votre potentiel afin d’être à même de rebondir.

 

La Pyramide Emotionnelle

Lorsque vous avez à lâcher prise, vous êtes confronté(e)s à votre monde intérieur :

 

Écoutez vos peurs

  • La peur ne plus rien contrôler, de se perdre

  • La peur de l'inconnu ou le risque du changement

  • La peur de se tromper, de regretter, de blesser autrui ou le risque de l'apprentissage,

  • La peur de s'affirmer, d'exprimer ses émotions

  • La peur d’être abandonné, rejeté, critiqué(e)...

  • La peur d'être blessé(e) ou le risque de l'ouverture.

  • La peur d’être vous même

 

  • Si vous êtes contrôlant, vous allez ressentir de la peur à l'idée que les autres vous dominent,

  • Si vous avez un « sois parfait » très développé, vous aurez peur de vous tromper et d’être déconsidérer,

  • Si vous êtes rancunier,(e) vous aurez peur qu'en lâchant, l'autre vous attaque à nouveau sans que vous puissiez réagir efficacement

 

il est important d'apaiser ses émotions en tenant compte de tous les étages de la pyramide émotionnelle :

  • Zone visible - émotions : ce qui se voit à l’extérieur et qui passe par les signes du corps

  • Zone cachée - sentiments : ce que l'on veut pas dire ou voir (5 x plus grande que la zone émotion)

  • Zone enfouie – état d’être : 10x plus grande que la zone visible

 


le changement

 

5 étapes pour lâcher prise

Le lâcher prise est un acte conscient, volontaire, parfois difficile, qui suit différentes étapes ; car vous devez avant tout découvrir ce qui vous fait souffrir ou vous retient, l'accepter, savoir quand et sur quoi lâcher prise et enfin comment faire pour laisser s'en aller ce qui vous pèse et véritablement vous libérer

 

 

Etape1 - Prendre conscience

C'est en découvrant ce qui vous fait souffrir, ce à quoi vous êtes attachés (événements, pensées, comportements...) que vous pourrez enfin lâcher prise.

 

Mettez des mots sur vos maux et comprendre enfin qui vous êtes :

  • identifier le problème : ce qui vous fais souffrir, ce qui ne va pas, ce qui n'a plus lieu d’être

  • comprendre votre attitude : observer vos réactions, vos émotions, vos tensions physiques, vos pensées...

  • regarder la réalité en face : prendre les choses tels quelles sont, objectivement, sans ignorer, fuir ou refouler votre mal être.

     

 

Pour rendre l'exercice plus facile, je vous invite à être dans un endroit calme, à méditer et être en pleine conscience de tous vos sens.


la colère

 

La colère

 

elle vous permet de constater que vous ne parvenez pas à obtenir ce que vous voulez. C'est un signal fort, grâce à lui, vous pouvez vous interroger à trouver des solutions.

Prenez du recul sur la situation, plus vite vous prenez conscience de votre colère, plus vite vous pouvez remédiez à ce qui vous déplaît

Accueillez cette colère pour ce qu'elle est : une émotion, pas un état d être. Plus vous contenez votre colère, plus vous aurez du mal à contrôler son expression

 

La colère vous sert de guide, soyez à l'écoute et cherchez ce qui l'a créer ainsi vous pourrez mettre à profit son existence et obtenir des changements heureux.


L'envie

 

 

L'envie prend naissance à partir d'une insatisfaction. C'est parce que quelque chose vous manque que vous enviez quelqu'un ou quelque chose. Sachez dépister ce qui vous manque et comblez le.


la culpabilité

La culpabilité

 

Elle apparaît lorsque vos comportements , vos pensées ou vos actions ne coïncident pas avec votre intégrité.

Vous n'êtes pas responsable de la manière de vivre des autres, de leur malheur, de leurs choix.

 

Recentrez vous sur vos véritable responsabilités : vous êtes responsable de vos actes, de vos paroles et de vos pensées tant qu'elle respecte votre intégrité et gardez à l'esprit que vous faîtes du mieux que vous pouvez au moment ou vous le faîtes.


les 4 accords toltèques

Les 4 accords Toltèque

 

1- Que ta parole sois impeccable : ne pas employer les mots pour blesser ou faire du mal

2- Ne prend rien de manière personnel : quoiqu'on fasse ou dise, l'autre ne changera pas alors vivez sans vous soucier de l'opinion des autres

3- Ne fais pas de supposition : discutez, demandez, échangez et arrêtez de juger ou interpréter. Allez chercher la vérité, arrêtez de supposer

 

4- Fais de ton mieux : ne visez pas la perfection , elle n'existe pas. Acceptez d’être comme vous êtes.


accepter

Etape 2 - Accepter

Accepter c'est :

  • reconnaître votre part de responsabilité : ne plus vous apitoyer sur vous même ou refouler ce qui vous arrive, ne plus se placer en victime

  • admettre les différences : accepter qu'il existe une autre manière de pensée et d'autre comportements que les vôtres.

  • Recevoir : accueillir ce qui vous arrive, sans résister, sans changer ce qui ne peux l être, ni en vouloir à ceux qui vous entourent., accepter les événements pour ce qu'ils sont.

 

Accepter, c'est cesser de se battre contre ce qui n'a plus lieu d’être, remplacer la résistance par la souplesse

 

Accepter : C'EST tout simplement


accepter ce que l'on ne comprend pas

 

 

Accepter ce n'est pas se résigner ou consentir

 

Car se résigner, c'est abdiquer, démissionner, se soumettre, ne plus combattre pour ne plus souffrir.

L'être qui se résigne subit. Convaincu d'avoir perdu le combat, il s'écrase et se place dans une position de négativité, de passivité et d'impuissance qui lui enlève la confiance en la vie et en lui même. Il devient alors victime du monde extérieur et de son passé, ce qui l’empêche d'apporter des changements bénéfiques.

 

Accepter, c'est mettre l'accent sur l'abondance plutôt que sur le manque ; c'est choisir de ne pas tout comprendre, de ne pas pouvoir tout expliquer et de confier à vos ressources profondes ce qui dépasse vos capacités rationnelles.

 

 

C'est choisir de voir le bon, le beau et le vrai en vous et autour de vous et non seulement la méchanceté, la laideur et le mensonge.


les blessures

 

 

Acceptation de vos blessures

 

Nous sommes tous des êtres blessés (deuil, souffrance verbale ou physique...). Ces émotions refoulés ont formés en vous des zones très vulnérables qui aujourd'hui sont réveillés lorsqu'un déclencheur rappelle à votre mémoire psychique inconsciente la souffrance ressentie autrefois.

 

 

Il existe différentes types de blessures (dont 5 principales) :

  • blessure causé par l'abandon et le rejet,

  • par le contrôle et le pouvoir,

  • par la culpabilisation

  • par la comparaison,

  • par la trahison,

  • par l'humiliation et

  • la blessure causé par la dévalorisation.

     

Lorsqu'elles sont éveillées, elles vous font énormément souffrir et vous perdez toute notion de discernement.

 

La blessure n'EST pas ce que vous êtes, elle est la route à suivre pour contacter le meilleure de vous même et pour vous guérir intérieurement.


Etape 3 – Guérir ses blessures

Je vous propose quelques « remèdes » pour aller vers le changement

 

 

  • Pardonner : ne plus laisser la colère, l'amertume ou l'envie guider vos actes. Pardonner c'est « excuser » l'autre et reconnaître votre part de responsabilité, et aussi vous pardonner : cesser de vous critiquer, de culpabiliser ou vous punir pour tout ce que vous avez , ou n'avez pas, dit, fait, pensé...

    La lettre de pardon : installez vous au calme et écrivez ce que vous avez sur le cœur. Choisissez vos mots, prenez conscience de leur force ou de leur futilité. Cet exercice vous permettra de mettre en lumière ce que vous ressentez et de chasser de votre esprit tout ce que vous aurez couché sur le papier.

  • Changer ses attentes : ne plus transférer sur l'autre ce que vous exigez de vous même et qui, en réalité, correspond à vos besoins, vos désirs, vos envies ou encore à des peurs. C'est ne plus laisser les attentes des autres guider votre vie. (ex : vouloir que votre ado range sa chambre : c'est votre besoin de propreté, votre priorité, pas la sienne)

  • Faire le deuil de ce qui est révolu : vous débarrassez de ce qui appartient au passé mais vous fait toujours souffrir, et accepter ce que vous ne pouvez pas changer afin de pouvoir passer à autre chose.

    Le rite de la séparation : i vous avez du mal à lâcher prise, organisez votre propre cérémonie en prenant pleinement conscience de vos actes : aller « enterrer » un objet attaché à la situation révolue, « jetez » des petits galets ou « laissez s'envoler » des ballons sur lesquels vous aurez noté ce qui vous pèse...

  • En finir avec les croyances et pensées invalidante : si les « conseils » et règles de bonne conduite que vous avez reçu pendant votre enfance font partie de votre éducation, il est indispensable d'abandonner certaines croyances qui vous enferment.

    En effet, vos éducateurs vous ont élevés avec leurs blessures et vous éduquez aussi, vos enfants avec les vôtres.

    Vous avez le choix aujourd'hui, d'accepter ce qui a été et de vous en servir pour vous construire.

    Lâcher prise c'est modifier vos croyance en osant agir autrement et en vous accordant le droit d'être vous même

     

  • La visualisation positive : installez vous au calme, respirez profondément et détendez vous.imaginez vous en train de pardonner, ou en train de vous débarrassez symboliquement de ce qui vous pèse ou imaginez vous en train d'atteindre un objectif que vous pensiez impossible. Associez une petite phrase aux images et répétez la plusieurs fois tel un mantra. Par des respiration profonde, sortez peu a peu de cet état «  de visualisation » et regardez la réalité autrement.


Acceptation de ce qu'ont été vos éducateurs

 

nous avons tous adopté un jour une attitude de victime par rapport au passé, par rapport aux autorités, dont nos parents.

Ils ont certainement commis des erreurs car comme vous ils ne sont pas parfait.

A cause de leurs propres expériences passées et des souffrances qu'ils ont vécues, ils ont comme vous développé des mécanisme de défenses qui ont pu contribuer à vous blesser et qui nuisent aujourd'hui à vos relations avec eux.

Quand vous attribuez à vos parents l'entière responsabilités de vos états psychiques douloureux actuels sans libérer vos émotions refoulés, vous perdez tout pouvoir sur votre vie, vous entretenez votre souffrance et vous répétez inconsciemment avec vos enfants et votre conjoint les mêmes erreurs qu'ils ont commises avec vous.

 

Pour retrouver votre pouvoir : accepter ce qui a été, accepter qu'ils aient fait de leur mieux avec leurs propres blessures.

Cette acceptation vous permettra d'accueillir vos propres erreurs, vos imperfection, et vous offrira une vision plus juste de la réalité.

 

Quand vous vous « victimisez », vous ne voyez pas TOUT ce qu'ils étaient et TOUT ce qu'ils vous ont laissé de merveilleux et qui fait partie de ce que vous êtes aujourd’hui.

 

Vous avez le choix : accepter ce qui a été et vous en servir pour vous construire ou être la « pauvre victime » et les blâmer, les rendre responsable de tous vos déboires.


les erreurs du passé

Accepter ce que vous avez été comme éducateur.

 

La culpabilité est une des plus grande preuve du manque d'acceptation de ce qui a été, cela détruit l'estime de soi et la confiance en soi.

Souvent la position de critique envers vos parents (les responsabiliser de vos souffrances) se trouve inversé dans la relation avec vos enfants et avec votre conjoint.

Si vous vous sentez coupable, c'est que vous n'acceptez pas vos erreurs, vous voudriez avoir été parfait

vous ne respectez pas ce que vous étiez à cette période de votre vie et que vous avez fait de votre mieux vu les circonstances.

vous souhaitez avoir été autrement, avoir pensé autrement, avoir agir autrement.

Lorsque vous vous sentez responsable de la souffrance de vos enfants et de ce qu'ils sont devenus, vous cherchez à compenser et à vous déculpabiliser en adoptant aujourd'hui avec eux des comportements de « sauveur » qui entretiennent une dépendance malsaine.

Comment accepter qui vous êtes ici et maintenant et accepter vos enfants tels qu'ils sont si vous rejetez ce que vous avez été dans le passé ? Comment améliorer vos relations sans accepter ce passé ?

 

Vos regrets ne changeront rien au passé, ils contribueront seulement à nuire le présent.


lâcher prise et sérénité

 

 

Etape - 4 faire confiance

 

Se faire confiance, c'est s'estimer, se respecter, s'affirmer, prendre sa vie en main et ne plus culpabiliser, ne plus avoir de remords.

Faire confiance à l'autre, c'est l'autoriser à être lui même, à faire ses propres choix, l'encourager et par la même enrichir les échanges que vous avez avec lui.

Faire confiance à la vie, c'est accueillir ce que vous vivez avec davantage de sérénité, sans laisser le quotidien remettre en cause votre bien être.

 

« la sérénité, c’est l'absence de doute »


Le lâcher prise est à l'opposé de ce que l'on vous apprend

 

Enfant on vous apprend à ne pas vous écouter (arrête de pleurer, prends sur toi...) et au contraire à écouter l'adulte qui sait mieux que l’enfant puisqu’il est adulte, le référent, l'autorité.

On vous demande d 'écouter le professeur qui sait mieux que vous : il a le savoir.

On vous apprends à écouter votre chef, qui vous renvoie par nature à l'autorité du père et à votre éducation qui sait mieux que vous ce qui est juste pour vous, comme c'est le chef, c'est forcement lui qui a raison.

C'est ainsi que fonctionne le système pyramidal de l’autorité » hiérarchique

On s'en remet toujours à l'autorité de l'autre même si cela ne nous convient pas.

C'est ainsi que vous vous retrouvez dans la perte de votre écoute intérieur et allez chercher à l’extérieur de vous ce qui est en réalité en vous.

 

Le lâcher prise c'est « désapprendre tout ce que l'on vous a appris »


carpe diem

Passez a l'action

Je vous propose quelques astuces pour apprendre à lâcher prise au quotidien :

 

Soyez ici et maintenant 

Vivez l'instant présent, que ce soit au quotidien, au bureau, en famille.

Cessez de vous préoccupez de ce qui est passé ou de ce qui n'est pas encore arrivé, de ce que vous auriez du faire, pu répondre, de ce que vous avez raté … savourez le moment présent et profitez pleinement de chaque instant.

 

Vivre le moment présent : concentrez vous sur ce que vous êtes en train de faire et ne laissez pas votre esprit vagabonder.

 

Sentez, regardez, écoutez... attardez vous sur vos sens

 

Pour aller plus loin, je vous invite à lire ou relire les publications du mois de février sur la pleine conscience.

 

« Rien n'a plus de valeur qu'aujourd'hui » de Johann Von Goethe


le bonheur

Ne chercher pas la perfection 

 

Essayer de prendre du recul et de relativiser

Tout, y compris vous même, ne peut pas être parfait ou comme vous le souhaitez...

La perfection est source de frustration et d'insatisfaction.

 

Ne vous focalisez pas sur ce qui ne va pas, relativisez et ne devenez pas vos échecs, considérez les comme une expérience, riche d'enseignements.


 

Respirez

 

La respiration est source de vie, elle permet de dénouer les tensions, de réduire le stress, de vous ancrer dans le présent et de recentrer votre attention sur vous même et le moment présent

Elle est une étape indispensable à la relaxation et à la méditation

Accordez vous au moins 3 pauses de 5 minutes tous les jours pour vous oxygéner le corps et l'esprit.

Respiration consciente :

Inspirez profondément par le nez, en commençant par le ventre, sentez l'air gonflez vos poumons.

Continuez avec la partie supérieure de votre cage thoracique, juste sous les clavicules.

Marquez une courte pause, en pensant uniquement à l'air que vous venez d'inspirer

Puis expirez lentement par le nez ou par la bouche, en vidant le haut des poumons, puis le milieu de la cage thoracique et enfin le bas au niveau du ventre en rentrant au maximum votre ventre. En expirant, Profitez en pour libérer votre esprit de toutes pensées qui vous encombrent

Concentrez vous sur ce moment, marquez une courte pause

recommencez 3 fois de suite.

 

 

Pour aller plus loin, je vous invite à voir ou revoir les exercices proposés au mois de février sur la pleine conscience.


couper les ponts

Ressourcez vous

Programmez vous de temps en temps une journée « off »

Couper votre portable oubliez l'ordinateur, éteignez la TV et évadez vous. Allez marcher quelques heures en pleine nature, consacrez vous à une activité qui vous passionne ou installez vous au calme et redécouvrez les vertus du silence

 

 

 

Désencombrer votre vie :

épurer, nettoyer, ranger, trier. C'est aussi efficace pour son cadre de vie que pour son esprit. Débarrassez vous de ce qui vous encombrent :(objets qui n'a plus lieu d'être, objets souvenirs douloureux...) Coupez les ponts avec les personnes « toxiques » qui vous prennent votre temps et votre énergie.

 

Défoulez vous : marcher, courez, sautez, faites le ménage en musique, chantez, pleurez, riez... bref, défoulez vous

Redevenez l'enfant insouciant que vous étiez, OSEZ

 

 

Je vous invite à trouvez votre propre soupape pour faire sortir la pression, vous détendre et lâchez prise. 


prendre soin de ton corps

Respectez votre corps

Respectez vos rythme biologique (mangez quand vous avez faim, couchez vous dès les 1er manifestation du sommeil...), mangez sainement et reposez vous. Apprenez à écouter votre corps et à déchiffrer au travers de ses maux, les messages qu'il vous envoie :

vertiges, malaise, tensions musculaire, mal de tête.. il est temps de lâcher prise et de s'occuper de vous.

 

Apaiser votre esprit : Offrez vous une méditation, un massage, du yoga, du gi cong...ou une séance énergétique Reiki avec en bonus, une interprétation symbolique des maux de votre corps (Reiki Hostens : 50€ la séance de 2h)

 

Aimez vous : mettez en valeur ce que vous appréciez chez vous, cessez de vous focaliser sur ce qui vous complexe. Vous êtes une personne à part entière et non un « défaut » que vous êtes la seule à remarquer.

 

 

Faites la sieste : apprenez à vous reposer quand vous en ressentez le besoin et redécouvrez les bienfaits de la sieste, 20 petites minutes suffisent pour recharger ses batteries ;


Lâcher prise au bureau

 

N'attendez pas : vous ne pouvez pas être responsable de tout et encore moins gérer ce qui ne dépend pas de vous ou nécessite l'aval d'un responsable. Alertez et passer à autre chose

Faites des pauses : inviter un collègue à prendre un café, buvez un grand verre d'eau, allez vous laver les mains et les avants bras (très efficaces pour évacuer les tensions), faites quelques respirations...

Evitez les sources de stress supplémentaires : évitez de vous laisser submerger. Prenez le temps de ranger vos dossiers, terminez votre « en cours » et désencombrer votre esprit comme votre bureau.

Pensez efficacité : ne vous focaliser pas sur ce qui pose problème mais pensez en termes de priorité, d'importance. Ne vous éparpillez pas, transformez chaque tâche en petits objectifs. Restez concentré et ne passez à l'étape suivante que lorsque la précédente est bouclée.

Inventez vous un bouton STOP : lorsque vous sentez monté la pression dites vous « STOP » ramenez votre esprit sur quelque chose qui vous apaise, répéter vous une phrase apaisante (mot de calme en sophrologie), un geste apaisant (geste de calme en sophrologie)...

 

Plutôt que de vous prendre la tête, focalisez vous sur les petits bonheurs quotidiens, cherchez bien il y en a forcement.


lâcher prise

 

Lâcher prise vis à vis des autres

 

Encouragez, félicitez, remerciez : offrez votre aide, faites des compliments, souriez et soyez à l'écoute de votre entourage

Préférez les encouragements au critiques

Epauler vos proches au lieu de les porter

Pensez à dire merci

Cultivez vos sentiments : prenez le temps de vous retrouvez avec vos proches, instaurez des rdv réguliers avec vos amis et votre conjoint, préservez vos instants de complicités ou d'intimités.

Notez vos émotions : notez ce que vous pensez et ressentez, ce que vous auriez aimé répondre, afin de ne pas vous laissez envahir par le flot des pensées. Faites des lignes d’écritures : « Je me fiche de ce qu'il pense, je me libère de l'opinion des autres », jusqu'à ce que vous retrouviez la paix intérieur.

Exprimez vous : osez dire ce que vous pensez, ce que vous ressentez, ce dont vous avez envie ou besoin et apprenez à dire NON (thème du mois prochain)

 

parlez, échangez, refusez ou acceptez à bon escient permet de désamorcer les conflits, de poser ses limites afin de ne plus se laisser inutilement envahir, d éviter de cultiver remord ou regret et d’alléger votre quotidien comme votre esprit.


En conclusion 

  • Regardez ce que vous possédez au lieu de penser à ce qui vous manque

  • Arrêtez de vouloir changer le comportement des autres, vous ne pouvez changer que vous même

  • Vous n'êtes pas parfait.

  • Arrêtez de vouloir ressembler à telle personne que vous admirez, soyez bien avec vous même

  • Il ne sert à rien de résister, les choses arrives lorsqu'elles doivent arriver, vous êtes capable de les surmonter

  • Empruntez les chemins ou vous n'êtes jamais allés. Faites vous confiance et osez vivre la vie qui vous correspond

  • Faites ce que vous avez à faire et arrêter d'y penser.

 

Lâcher prise...



Livres dont sont extraits les publications :

 

  • la guérison intérieur par l'acceptation et le lâcher prise de colette portelance

  • les petits cahier de psycho : le lâcher prise

  • dossier psycho : le lâcher prise

  • 4 étapes et je lâche prise de Patricia penot

  • 100 % moi , comment me faire enfin confiance de Sandra dary