4. Le lâcher prise

Lâcher prise c'est laisser s'en aller ce qui n'a plus lieu d'être, cesser de se battre et de résister, renoncer à tout contrôler et accepter ce que vous ne pouvez changer.

 

Le lâcher prise vous permet d'accueillir le changement, de laisser la place au possible.

 Il vous débarrasse de vos craintes, de votre culpabilité, de vos doutes, il vous permet d'aimer et apprécier les autres pour ce qu'ils sont.


Le lâcher prise est à l'opposé de ce que l'on vous apprend

Enfant on vous apprend à ne pas vous écouter (arrête de pleurer, prend sur toi...).

On vous apprend à : 

  • écouter l'adulte qui sait mieux que vous puisqu’il est adulte et vous enfant. Il est le référent, l'autorité....
  • écouter le professeur qui sait mieux que vous : il a le savoir.
  • écouter votre chef, qui vous renvoie par nature à l'autorité du père et à votre éducation, et qui sait mieux que vous ce qui est juste pour vous, car comme c'est le chef, c'est forcément lui qui a raison
  • etc...

C'est ainsi que fonctionne le système pyramidal de l’autorité. On s'en remet toujours à l'autorité de l'autre même si cela ne nous convient pas.

C'est ainsi que vous vous déconnectez de votre enfant intérieur.

 

Le lâcher prise c'est "désapprendre tout ce que l'on vous a appris"


Lâcher prise c'est se libérer

 

Redevenir maître de votre vie, de vos choix et de vos décisions.

C'est ne plus laisser la souffrance dicter vos actes et vos pensées, c'est se libérer de votre passé qui vous encombre.

Lâcher prise c'est s'ouvrir à l'autre 

Ne plus chercher à contrôler ou à changer ce que vous ne pouvez plus modifier, ce qui ne dépend pas de vous.

 Lâcher prise permet de s'ouvrir à l'autre et de l'accepter tel qu'il est dans toute sa vulnérabilité.

 

Lâcher prise, c'est laisser faire sans faire 

 Si une personne ne vous apprécie pas, vous aurez beau mettre tout en œuvre, cela ne fonctionnera pas. Vous aurez beau être gentil, serviable, attentionné, aimable. Si elle décide de ne pas vous aimer, elle ne vous aimera pas. Et cela n'a aucune importance.

 

Les autres ont le droit de penser ce qu'ils veulent au même titre que vous êtes libre de penser ce que vous voulez. Le plus important est de ne pas tenir compte de ce que les autres pensent.

 

Car dans la vie on ne peut pas plaire à tous le monde, l'essentiel est d’être en phase avec vous-même.

 

Lorsque vous décidez de ne plus dépenser d’énergie pour être autrement que ce que vous êtes, vous devenez libre et autonome : acceptez d’être "imparfait", laissez faire sans faire et lâchez prise.... 


Le prix de la négligence

A travers vos comportements, vous recherchez l'estime, la reconnaissance de l'autre. Vous cherchez à vous faire aimer, à vous faire apprécier. Mais à quel prix ?

Il est essentiel de prendre conscience que si vous ne vous respectez pas, vous ne pourrez pas être respecté. Si vous ne vous faites pas confiance, l'autre ne peux pas vous faire confiance.

Tout vient de vous. C'est à vous de vous accorder de l'estime et de l'amour.


Le besoin de tout contrôler

 C'est votre volonté de tout contrôler qui vous empêche d'aller de l'avant et de prendre des risques.

Ce besoin de tout contrôler vient de votre peur de l'échec et vous informe de votre fort besoin de sécurité.

 

C'est cette peur de prendre la mauvaise décision, qui vous fait stagner dans votre vie.

En planifiant tout, et en restant en permanence dans votre zone de confort, vous avez le sentiment d'être en sécurité, car c'est ce que vous connaissez.

D'une certaine manière, c'est parce que vous n'avez pas suffisamment confiance en vous, ni confiance en la vie.

Vous ne pourrez lâcher prise que si vous vous faites confiance, ne partez pas du principe que les choses vont mal se passer et que la vie ira contre vous. N'accordez pas de crédit aux "scénarios catastrophes" du mental.

 

Le lâcher prise vous demande "d'abandonner"ou de "lâcher"non pas vos rêves ou vos buts, mais l'idée que vous avez de la manière dont ce rêve se réalisera.


Ces liens qui vous enchaînent

Vous vous modelez, vous évoluez tout au long de votre vie, au travers de votre éducation, vos échecs, vos réussites, vos choix, vos rencontres...

Vous avez sûrement à l'esprit, un deuil, une rupture, des mauvais souvenirs ou des expériences désagréables auxquels vous repensez sans cesse et que vous n'arrivez pas à oublier.

Pour certains d'entre vous, cela ressemble à des chaînes qui vous enferment, vous rattachant au passé, et encombrant votre présent.

Lâcher prise, est cessé d'entretenir ce qui vous fait souffrir.


Cultiver les sentiments négatifs

Vous avez tous un jour était trahi, rejeté ou déçu par un ami, blessé par des paroles ou culpabilisé pour une "mauvaise"action.

Observez comme ces émotions négatives vous font encore du mal aujourd'hui.

Et en plus, vous y associez colère, jalousie, rancune ou remord, repassant en boucle les scènes de la discorde.

Lâcher prise, c'est accepter les faits, pardonner à ceux qui vous ont fait souffrir, transformer vos "échecs" en expériences et passer à autre chose... 


Suivre ses croyance et pensées limitantes

Vos croyances, votre éducation, vous obligent à suivre des règles, parfois très éloignées de la réalité.

Elles vous empêchent de renoncer pour rester "fidèle" à ce que vous croyez.

 

Lâcher prise c'est apprendre à voir la réalité autrement, avec vos propres yeux et faire taire cette "petite voix" qui vous empêche d’être vous-même.


Poursuivre des chimères

Avoir des objectifs est indispensable pour avancer. Ils sont une source de motivation et de plaisir.

Cependant il ne s’agit "que" d'objectifs, qui peuvent changer, évoluer et ne plus correspondre, un jour, à vos valeurs, vos envie.

Il est important de garder un certain recul, et de savoir les abandonner ou les réajuster quand cela est nécessaire.


Ecouter ses peurs

Lâcher prise c'est oser être vous même, oser sortir de votre zone de confort, oser affronter vos peurs

 

Sachez écouter vos peurs : 

  • de plus rien contrôler, de tout perdre,
  • de l'inconnu, du changement,
  • de vous tromper, 
  • de vous affirmer, d'exprimer vos émotions
  • d’être abandonné, rejeté, critiqué...
  • et votre plus grande peur, la peur d’être vous-même

Exemple :

  • Si vous êtes "contrôlant", vous allez ressentir de la peur à l'idée que les autres vous dominent,
  • Si vous avez un "fort besoin de perfection", vous aurez peur de vous tromper et d’être mal considéré,
  • Si vous êtes "rancunier", vous aurez peur qu'en "lâchant", l'autre vous attaque à nouveau sans que vous puissiez réagir efficacement.

Prendre conscience

C'est en découvrant ce qui vous fait souffrir, ce à quoi vous êtes attaché que vous pourrez enfin lâcher prise.

 Mettez des mots sur vos maux et comprenez enfin qui vous êtes :

  • identifiez le problème : ce qui vous fait souffrir,
  • comprenez votre attitude : observez vos réactions, vos émotions, vos pensées...
  • regardez la réalité en face : prenez les choses telles quelles sont, objectivement.

Pour rendre l'exercice plus facile, je vous invite à être dans un endroit calme, à respirer profondément et être en pleine conscience de tous vos sens.


Lâcher prise face à la colère

La colère vous permet de constater que vous ne parvenez pas à obtenir ce que vous voulez, elle vous donne une idée sur votre besoin.

Prenez du recul sur la situation, accueillez cette colère pour ce qu'elle est : une émotion, pas un état d'être. 

La colère vous sert de guide, soyez à l'écoute et cherchez quel est ce besoin qui n'est pas satisfait, respirez et trouvez la solution pour y remédier.


Lâcher prise face à l'envie

C'est parce que quelque chose vous manque que vous l'enviez. Sachez dépister ce qui vous manque et comblez-le.


Lâcher prise face à la culpabilité

La culpabilité apparaît lorsque vos comportements, vos pensées ou vos actions ne coïncident pas avec vos valeurs.

Faites en sorte de respecter votre intégrité et gardez à l'esprit que vous faites du mieux que vous pouvez au moment où vous le faîtes.


Lâcher prise ce n'est pas se résigner 

Lâcher prise ce n'est pas se soumettre ou ne plus combattre pour ne pas souffrir.

Lâcher prise c'est accepter, c'est choisir de ne pas tout comprendre, de ne pas pouvoir tout expliquer 


Lâcher prise, c'est Accepter

Acceptez et reconnaissez votre part de responsabilité : ne vous apitoyez plus sur vous-même,  ne vous placez plus en victime.

Acceptez et admettez les différences : acceptez qu'il existe une autre manière de penser et d'autres comportements que les vôtres.

Acceptez et accueillez ce qui vous arrive, sans résister, sans changer ce qui ne peut l'être, acceptez les événements pour ce qu'ils sont.

Acceptez et cessez de vous battre contre ce qui n'y a plus lieu d’être, contre ce que vous ne pouvez changer.

Lâcher prise : C'EST tout simplement


Acceptez vos blessures

Nous avons tous en nous des blessures émotionnelles, elles sont causées par :  

  • l'abandon, 
  • le rejet,
  • l'injustice,
  • la trahison,
  • l'humiliation.

Lorsqu'elles sont réveillées, elles vous font énormément souffrir et déclenchent en vous de vives émotions.

La blessure n'EST pas ce que vous êtes, elle est juste là pour vous révéler le masque de protection que vous avez mis en place. Elle est là pour vous faire découvrir une part de vous.

Voir l’article de mon blog sur les 5 blessures émotionnelles


Acceptez vos éducateurs

Face à l'autorité de vos parents, de vos éducateurs, vous avez peut-être un jour pris le rôle de victime.

Vos parents ont certainement commis des erreurs car comme vous ils ne sont pas parfait.

Sachez qu'ils ont eux aussi souffert de ce qu'ils ont vécu. Ils ont comme vous développé des mécanismes de défenses qui ont pu vous blesser à votre tour.

Acceptez ce qui a été, acceptez qu'ils aient fait de leur mieux avec leurs propres blessures.

Cette acceptation vous permettra d'accueillir vos propres erreurs, vos propres imperfections.

 

Quand vous vous "victimiser", vous ne voyez pas TOUT ce qu'ils étaient et TOUT ce qu'ils vous ont laissé de merveilleux et qui fait partie de ce que vous êtes aujourd’hui.

 

Vous avez le choix : accepter ce qui a été et vous en servir pour vous construire ou être la "victime" et  rendre vos parents responsable de tout votre mal-être et souffrir des rancunes qui vous rongent.


Acceptez-vous en tant qu'éducateur

La culpabilité est une des plus grandes preuves du manque d'acceptation de ce qui a été, cela détruit l'estime de soi et la confiance en soi.

 

Vous souhaitez avoir agit autrement, avoir dit les choses différemment avec votre enfant.

Rappelez-vous que vous avez fait de votre mieux, avec toutes vos blessures, avec tout les outils en votre possession en cet instant.

 

Face à la souffrance de votre enfant, vous allez peut-être vouloir compenser en adoptant aujourd'hui avec eux des comportements de "sauveur", prenez garde de ne pas inconsciemment entretenir une dépendance affective avec lui.

 

Acceptez-vous comme vous êtes ici et maintenant, acceptez votre enfant tel qu'il est.

Vos regrets ne changeront rien à votre passé, ils contribueront seulement à nuire votre présent.


Faites-vous confiance

Et lâcher prise. 

Se faire confiance, c'est s'estimer, se respecter, s'affirmer, prendre sa vie en main et ne plus culpabiliser.

Faites confiance à l'autre, car c'est l'autoriser à être lui-même, à faire ses propres choix, 

Faites confiance à la vie, car c'est accueillir ce que vous vivez avec davantage de sérénité, sans laisser le quotidien remettre en cause votre bien être.


Ne cherchez pas la perfection 

Essayez de prendre du recul et de relativiser.

Rien, y compris vous-même, ne peut être parfait ou comme vous le souhaitez...

Ne vous focalisez pas sur ce qui ne va pas, relativisez, ne devenez pas vos échecs, considérez-les comme une expérience, riche d'enseignements. Apprenez de vos erreurs, retenez la leçon et avancez.


Passez a l'action

Je vous propose quelques astuces pour apprendre à lâcher prise au quotidien :

 

Soyez ici et maintenant 

Vivez l'instant présent, que ce soit au quotidien, au bureau, en famille.

Cessez de vous préoccuper de ce qui est passé ou de ce qui n'est pas encore arrivé, de ce que vous auriez dû faire, auriez pu répondre, de ce que vous avez raté … Savourez le moment présent et profitez pleinement de chaque instant.

 

Vivez le moment présent : concentrez-vous sur ce que vous êtes en train de faire et ne laissez pas votre esprit vagabonder.

Sentez, regardez, écoutez... Attardez-vous sur vos sens.

Pour aller plus loin, je vous invite à lire ou relire l'article sur la pleine conscience.

"Rien n'a plus de valeur qu'aujourd'hui" de Johann Von Goethe

 

Respirez en conscience

La respiration consciente est source de vie, elle permet de dénouer les tensions, de réduire le stress, de vous ancrer dans le présent et de recentrer votre attention sur vous-même et le moment présent.

Elle est une étape indispensable à la relaxation et à la méditation.

Accordez-vous des pauses de respiration consciente le plus souvent possible dans la journée pour vous oxygéner le corps et l'esprit.

  

Pour plus de détail, je vous invite à lire ou relire les exercices proposés dans mon précédent article sur la respiration.

Ressourcez-vous

Programmez-vous de temps en temps une journée "off"

Coupez votre portable, oubliez l'ordinateur, éteignez la TV et évadez-vous.

Allez marcher quelques heures en pleine nature, consacrez-vous à une activité qui vous passionne ou installez-vous au calme et redécouvrez les vertus du silence.

 

Apaisez votre esprit 

Offrez-vous une méditation, un massage, du yoga, du Chi Kong...ou une séance énergétique Reiki https://www.reikihostens.fr 

 

Faites la sieste 

Apprenez à vous reposer quand vous en ressentez le besoin et redécouvrez les bienfaits de la sieste, 20 petites minutes suffisent pour recharger vos batteries.

 

Désencombrer votre vie 

Nettoyez, rangez, triez... C'est aussi efficace pour votre cadre de vie que pour votre esprit.

Débarrassez-vous de ce qui vous encombre :

  • les objets qui n'ont plus lieu d'être,
  • les objets qui vous rappellent des souvenirs douloureux...
  • Coupez les ponts avec les personnes "toxiques" qui vous prennent votre temps et votre énergie.

 

Défoulez-vous 

Marchez, courez, sautez, faites le ménage en musique, chantez, pleurez, riez...

En un mot, défoulez-vous. Redevenez l'enfant insouciant que vous étiez, OSEZ faire revivre votre enfant intérieur, libérez-le.


Respectez votre corps

Respectez votre rythme biologique : mangez quand vous avez faim, couchez-vous dès les 1er signe du sommeil..., mangez sainement et reposez-vous.

Apprenez à écouter votre corps et à déchiffrer au travers de ses maux, écoutez les messages qu'il vous envoie : vertiges, malaises, tensions musculaires, mal de tête..Devenez conscient de votre corps.

 

Aimez vous 

Mettez en valeur ce que vous appréciez chez vous, cessez de vous focaliser sur ce qui vous complexe. Vous êtes une personne à part entière et non un "défaut" que vous êtes le seul (la seule) à remarquer.

 

Il est temps de lâcher prise et de vous occupez de vous.


Lâcher prise au bureau

 

Ne vous laissez pas submerger par le travail : vous ne pouvez pas être responsable de tout et encore moins gérer ce qui ne dépend pas de vous. Alertez, demandez de l'aide, ne vous laissez pas envahir par vos problèmes.

Faites des pauses : invitez un collègue à prendre un café, buvez un grand verre d'eau, allez vous laver les mains et les avants bras (très efficaces pour évacuer les tensions), faites quelques respirations...

Évitez les sources de stress  : prenez le temps de ranger vos dossiers, terminez votre travail en cours,  désencombrez votre esprit comme votre bureau.

Pensez efficacité : ne vous focalisez pas sur ce qui pose problème mais pensez en termes de priorité, d'importance. Ne vous éparpillez pas, transformez chaque tâche en petits objectifs. Restez concentré et ne passez à l'étape suivante que lorsque la précédente est bouclée.

Inventez-vous un bouton STOP : lorsque vous sentez monter la pression dites " STOP" et ramenez votre esprit sur quelque chose qui vous apaise, répétez-vous une phrase apaisante (mot de calme en sophrologie), un geste apaisant (geste de calme en sophrologie)...

 

Plutôt que de vous prendre la tête, recentrez-vous sur les petits bonheurs quotidiens, cherchez bien il y en a forcément.


Lâcher prise vis-à-vis des autres

  • Encouragez, félicitez, remerciez : offrez votre aide, faites des compliments, souriez et soyez à l'écoute de votre entourage, pensez à leur dire merci.
  • Cultivez vos sentiments : prenez le temps de retrouver vos amis, instaurez des rdv réguliers avec votre conjoint, préservez vos instants de complicités et d'intimités.
  • Notez vos émotions : notez ce que vous pensez et ressentez, ce que vous n'avez pas osé répondre.
  • Faites des lignes d’écritures : " Je me fiche de ce qu'il pense, je me libère de l'opinion des autres", jusqu'à ce que vous retrouviez la paix intérieure.
  • Exprimez-vous : osez dire ce que vous pensez, ce que vous ressentez, ce dont vous avez envie ou besoin
  • Apprenez à dire NON à l'autre avec bienveillance pour mieux vous dire OUI 

Pour plus de détail, je vous invite à lie mon prochain article à ce sujet.



Pour cet article,  j'ai été inspirée des lectures suivantes :  

  • "la guérison intérieur par l'acceptation et le lâcher prise" de colette portelance
  • "les petits cahier de psycho : le lâcher prise"
  • "4 étapes et je lâche prise" de Patricia penot
  • "100 % moi , comment me faire enfin confiance" de Sandra dary