La Respiration

 

« Inspirer est le premier acte à faire en entrant dans ce monde...

Expirer est le dernier acte à accomplir en quittant ce monde...

Entre temps, la vie existe en nous et nous fait vivre...

...la vie est une grande respiration qui dure...le temps d'une vie ! »

 

Citation extraite du livre « Dharma et pensée contemporaine »

 

La respiration est la seule fonction corporelle dont il est impossible de se passer au delà de quelques minutes. Respirer, c'est vivre.

Elle est le premier échange entre vous et le monde : avec l'air , vous faîtes entrer un peu du monde en vous, que vous rejetez une fois que vous en avez utilisé la partie nécessaire à votre organisme.

 

Une respiration profonde et suffisante permet d'approvisionner votre cerveau en oxygène. C'est cela qui vous maintient en conscience . Un taux trop bas d’oxygénation provoquera maux de tête et vertiges.


Contrôler ses émotions

 

« En devenant capable de contrôler votre respiration, c'est à dire ce qui donne la puissance de la vie,

vous pouvez contrôler vos sensations. Vous serez calme dans les moments stressants. Vous pourrez surmonter toute situation de tension »

 Citation de Paul Wilson

 

 Chaque fois qu'il se passe quelque chose quelque part dans le mental ou l'affect, la respiration, en réponse se modifie.

 

 C'est un message que le corps envoie à votre cerveau « plus je suis angoissé, plus ma respiration se modifie et cette modification, qui témoigne de mon angoisse, augmente mon angoisse. Si bien que je suis angoissé par ma respiration d'angoisse »

 

 

 Un certain nombre d’expression populaire, assimilent la respiration à la détente : « laisse moi respirer », « j'ai besoin de souffler de temps en temps »n « il faut que je respire un peu » traduisent le besoin de détente et de repos.


 Comment respirez vous ?

 

 Avant de vouloir maîtriser sa respiration, il faut prendre conscience de la façon dont le corps gère cette activité.

Observez quelles régions de votre corps interviennent quand vous respirez. Quelle est l'amplitude du mouvement et quelle est la cadence de votre rythme respiratoire ?

Debout

 Mettez vous debout, les deux pieds bien posés à plat sur le sol, placez une main sur le ventre et l'autre dans le dos, à hauteur de la charnière lombaire, fermez les yeux pour mieux percevoir, et observez votre respiration sans rien changer.

Sentez quelles sont les régions du corps qui sont mobilisées au début du mouvement. Est ce le ventre ? Le bas ou le haut du thorax ? Puis essayer de percevoir le rythme et l'amplitude.

Puis

Allongés

 Couchez vous à même le sol pendant quelques minutes et observez vous. Surtout ne changez rien à votre façon de respirer. Contentez vous de prendre conscience du phénomène naturel sans le modifier.

Puis

Assis

 Prenez une position assise banale et là encore observez votre corps respirant ; de nombreuses et très subtiles sensations vont vous aider dans cette attitude de concentration. Apprenez et comprenez la façon dont vous respirer.

 

 


 

 

 

 

 

Contrôler sa respiration,

 

retrouver une respiration juste

 

 

 

 

 

 Si la main posée sur la poitrine bouge plus que celle posée sur le ventre :

c'est que vous avez tendance à bloquer le souffle en haut des poumons et à ne pas utiliser toutes votre capacité respiratoire.

Sur la prochaine respiration, expirez par le nez aussi profondément que possible comme si vous chassiez l'air du fond de vos poumons. Ensuite, inspirer calmement et longuement par le nez, jusqu'à ressentir votre poitrine puis votre ventre se soulever. Continuer quelques minutes.

 

 Si en inspirant, vous rentrez le ventre et gonflez le thorax puis en expirant, vous sortez le ventre :

comme de très nombreuses personnes, vous inversez votre respiration.

Cette mauvaise habitude a été progressivement prise par éducation et par accumulation de stress au cours de votre existence.

 

Pour respirer à l'endroit, il vous suffit

 En position debout, les deux pieds bien posés à plat sur le sol, une main sur le ventre et l'autre dans le dos, à hauteur de la charnière lombaire, d’appuyer sur votre ventre avec la main, tout en expirant, en soufflant l’air.

 Lorsque vous serez « à bout de souffle » automatiquement le ventre se gonflera en même temps que vous inspirerez.

 

Une fois que la bonne respiration sera mise en place, appréciez, entre vos deux mains, l'écartement à l'inspiration et le rapprochement à l'expiration.

 

Vous pouvez, si vous le désirez, amplifier ou accélérer le mouvement, faites le vôtre afin qu'il devienne, peu à peu, automatique.

 

Vous mettrez ainsi plus d'air dans vos poumons et, donc, plus d’oxygène,,,et plus d'énergie.

 


 

Nous avons tendance, par facilité, à privilégier une respiration «du haut » de la cage thoracique, une respiration qui ne mobilise que les épaules. C'est la respiration minimale, qui utilise que la partie haute des poumons et n'oxygène notre sang et donc notre cerveau que de manière partielle.

 

Une respiration poussée se produit par un mouvement de haut en bas du diaphragme, libérant toute la place pour l'oxygène, jusqu'au fond de nos poumons, provoquant un massage naturel des organes internes et donc bénéfique pour l'ensemble de l’organisme.

 

La bonne respiration, lente et profonde, agit comme un « véritable aspirateur » en éliminant toute trace de toxines de notre système sanguin.

 

Ses vertus de purification sont bien supérieur à ce que vous obtenez en buvant de l'eau pour drainer votre corps ou en transpirant lorsque vous faites de l'exercice. Elle améliore le fonctionnement du cœur, du cerveau et de vos muscles et effectue un véritable massage des organes digestifs, facilitant ainsi l'assimilation des aliments.

 

Outres ses effets positifs sur la santé, elle vous aide à mieux gérer votre mental et vos émotions. Il est donc important que vous appreniez à mieux respirer pour améliorer votre détente.

 

Pour cela vous devons retrouver la respiration profonde abdominale que vous pratiquiez naturellement lorsque vous étiez bébés, inspirant et expirant par le nez jusqu’à l'âge de 2 ans environ. Ou que vous accomplissiez lorsque vous êtes parfaitement détendues ou en plein sommeil.

 

Une respiration saine prend son origine dans l'abdomen.


Les 3 respirations

 

La respiration abdominale ou respiration énergétique

 

La respiration abdominale libre, naturelle

 

Pendant 3 jours, dans la position la plus confortable pour vous, debout, assis ou couché

 

Respirez ... imaginez votre attention, votre conscience, se pose à fleur de peau sur le ventre...un peu comme le pétale d'une fleur à la surface de l'eau, doucement balancé par le mouvement de la vague ; Restez comme cela, bercé par le rythme lent et régulier du ventre qui respire, et comptez 14 mouvement respiratoires.

 

 

La respiration abdominale contrôlée

 

A partir du 4ème jour et ce pendant les 3 jours suivant, dans la position la plus confortable pour vous, debout, assis ou couché, si possible le plus souvent dans la journée.

 

Respirez... A partir de la perception du rythme naturel, vous allez augmenter progressivement l'amplitude de la respiration, toujours par le ventre. Pour vous aider, mettez la main sur votre ventre, juste un peu au dessous du nombril : inspirez et faites monter la main en poussant le ventre vers le haut... en soufflant, laissez votre main, toujours posée sur le ventre, redescendre lentement

 

Comptez 7 respirations en prenant bien conscience de toutes les sensations que libèrent cet exercice.

 

A partir du 7ème jour et ce pendant les 3 jours suivant, dans la position la plus confortable pour vous, debout, assis ou couché, si possible le plus souvent dans la journée.

 

Refaire la respiration abdominale contrôlé mais laissez votre bras le long du corps (plus sur votre ventre) et poursuivez cette respiration abdominale ample en comptant 21 mouvement complets (à chaque expiration vous compter 1,2,3,,,,21)

 

Le corps respire et la conscience est présente, il est tout a fait fondamental de bien intégrer les sensations liées à cette respiration abdominale. Si vous aviez tendance à inverser, ce sera là un excellent moyen de retrouver une respiration juste.

 

La respiration thoracique

 

A partir du 10ème jour et ce pendant les 3 jours suivant, dans la position la plus confortable pour vous, debout, assis ou couché, si possible le plus souvent dans la journée.

 

Placez les mains au niveau du creux iliaque (de chaque coté du pubis). Commencez par expirer, soufflez, videz l'air de vos poumons et inspirez en faisant monter l'air le plus haut possible vers les épaule. Puis, soufflez lentement.

 

Comptez 14 mouvements respiratoires de ce type et prenez bien conscience des sensations d’élargissement, d’étirement, de la cage thoracique et des muscles intercostaux.

 

 

 

La respiration totale ou de 3 étages

 

A partir du 13ème jour et ce pendant les 3 jours suivant, dans la position la plus confortable pour vous, debout, assis ou couché, si possible le plus souvent dans la journée.

 

Cette respiration totale s'exécute en trois temps.

 

  • Après avoir vidé l'air des poumons, l'inspiration commence par un mouvement abdominale,
  • elle se poursuit en faisant monter l'air dans le thorax puis,
  • troisième temps, le plus haut possible vers les épaules.
  • Ventre... thorax... épaules...

 

L'inspiration est alors suspendue quelques instants et l'expiration qui suit est très lente, comme si vous souffliez dans une paille.

 

Comptez 14 respirations « des 3 étages »

 

 


 

La respiration avec le cœur

 

 Une méthode toute simple pour combattre la nervosité et l'anxiété est de « respirer avec le cœur », c'est à dire d'entrer en « cohérence cardiaque » vous le savez : votre cœur vit au rythme de vos émotions. Un coup de stress intense lui fait battre la chamade, tandis que le petit câlin du soir l'apaise.

 

Mais l'influence de l'esprit sur le cœur n'est pas à sens unique : les battements cardiaques ont aussi un impact sur le cerveau. Des battements de cœur « cohérents », donc harmonieux, aident le cerveau à lutter contre la dépression et le stress.

Pendant 3 jours, regardez la vidéo et respirez au rythme du cœur le plus souvent possible dans la journée.

 


La respiration altrnée avec le nez

 

 

La respiration alternée

par le nez

 

Selon les yogis, la narine droite correspond à la respiration masculine, solaire, tonifiante. La narine gauche, féminine, lunaire et relaxante, réchauffe et humidifie l'air.

 

 

 

 

Pendant 3 jours, le plus souvent possible :

 

Inspirez calmement par une narine et expirer par la même narine, faites de même avec l'autre narine. Alternez les 2 narines pendant 10 à 15 respirations. Puis inspirez et expirez avec vos 2 narines. Ça réveille !

 

Pour gagner en dynamisme, allongez votre phase d'inspiration.

Pour trouver la détente, prolongez la phase d'expiration.

 

Restez attentif au mouvements de votre diaphragme, gonflez bien le ventre

 


La respiration pour faire un minimum d'effort

 

Coupler la respiration avec un acte peut sembler bizarre ! Et pourtant, « quand nous relions notre respiration à l'acte, nous obtenons un résultat sans fournir d’effort » Georges Charles

 

L'inspiration, de tendance yin, correspond à tous ce qui va aller vers l'intérieur : s’ouvrir, se relever, monter, lever un bras...

 

L’expiration, de tendance yang, correspond à ceux qui va à extérieure : descendre, se baisser, s’asseoir, refermer, se pencher, agir...

 

Ainsi quand vous inspirez vous agissez vers l’intérieur, en expirant, vous agissez vers l’extérieur.

 

L'utilisation de mouvements contraires entraîne beaucoup de fatigue. Quand vous aurez compris que l'action de « se baisser et lacer ses chaussures » correspond à la phase expir et que « se relever » c'est inspir, vos mouvements s’effectueront sans peine.

 

Si au contraire, vous vous baissez en inspirant, vous allez progressivement vous épuiser, cela peut même provoquer de l’énervement, et si votre physique est momentanément fragile, provoquer une dorsalgie, voir blesser votre plexus.

 

 


 

 

 

 

 

La respiration consciente

 

 

 

La respiration consciente est un formidable véhicule pour vous ramenez à la fois à votre corps, à vos sensations et à votre esprit.

 

Nous sommes absorbés par une multitude de tâches quotidiennes, et nous en oublions à quel point le corps est important. Celui ci peut souffrir ou être atteint d'une maladie.

 

C'est pourquoi il faut revenir au corps, l'étreindre avec tendresse, en pleine conscience

 

En prenant conscience de vos inspir et expir, vous prendrez conscience de votre corps.

 

En respirant consciemment je ramène mon esprit à mon corps.

 

 

Comment pourriez vous être véritablement à l'écoute d'une autre personne si vous n'êtes pas capables de vous écoutez vous même ?

La respiration de pleine conscience permet aussi de vous aider à prendre soin de vos émotions.

 

Il est souhaitable d'apprendre à maîtriser l'énergie de la colère, celle de la jalousie ou du désespoir quand elles se manifestent en vous. Sinon, elle vous submergeront et vous souffrirez énormément.

 

Rester au plan de l’intellect est dangereux, ne laissez pas les émotions vous submerger, concentrez vous sur votre ventre et pratiquer la respiration abdominale. C'est un outil très efficace.

 

Dès que vous percevez que votre esprit est emporté par une douleur vive, il est essentiel de revenir à votre inspiration et expiration, détendue et paisible.

 

Acceptez cette sensation douloureuse telle qu'elle est, sans plus se laisser emporter par elle ni laisser croître votre agitation.

 

Veillez à ne jamais combattre la douleur car ce serait lutter contre vous même.

 

Alors quand émergent les sensations douloureuses, vous pouvez les apaiser en revenant à votre inspiration et à votre expiration. Votre respiration paisible calmera ces fortes émotions qui vous habitent