Estime de soi - Confiance en soi

 

 

Il convient de distinguer confiance en soi et estime de soi.

 

Étymologiquement, le mot « estime » vient du latin estimare qui signifie à la

fois évaluer et apprécier.

 

 

On estime un bien immobilier par exemple, au sens où l’on évalue sa valeur. Et l’on estime telle ou telle personne.

L’estime de soi repose sur deux piliers : le sentiment d’être aimé, et le sentiment d’être compétent.

 

La confiance en soi est liée au « sentiment d’être capable » tandis que l’estime de soi est liée au sentiment de sa valeur.

L’estime de soi doit être nourrie par les autres au quotidien.

 

La confiance en soi se tisse dans la relation à soi.


La confiance en soi

 

Pourquoi certaines personnes affichent assurance et détermination quand d'autres se liquéfient littéralement sous un regard, un mot, une peur ?

Vous allez me dire : « Pour les autres, la vie est plus facile », c’est plus qu'une croyance, c'est une conviction !

Ce défaut de confiance est encouragé quotidiennement par un murmure intérieur entre votre Critique intérieur (ego) et votre Sage intérieur (âme) chacun se disputant la légitimité d'un règne en vous.

 

 

 

La confiance en soi étant la 3éme composante de base d'une solide estime de soi, avec l'amour de soi et le respect de soi.

 

Avoir confiance en soi veut donc dire avoir assez confiance en sa valeur, en ses forces et en ses croyances pour oser vivre selon ses désirs et ses objectifs.

 

Avez vous remarqué comment les personnes qui ont confiance en elles, savent affirmer calmement leur point de vue, sans fausse modestie ni agressivité, au risque même de déplaire ?

Elles ne se retiennent pas de s'exprimer par crainte de ce que les gens pourraient penser d'elles. Elles ne craignent pas de s'exposer et de se mettre en scène car elles reconnaissent le même droit aux autres. Mais surtout, elles se fient à leurs capacités pour satisfaire leurs besoins et réaliser leurs désirs.

 

Et vous, savez vous croire en vos jugement et en vos capacités ?


L'estime de soi

 

c'est ce que l'enfant construit à partir de ce qu'il reçoit. A travers la

manifestation d'amour de sa mère d'abord puis de son père.

A travers le sourire et le regard confiant qui l'invitent à se relever alors qu'il vient de trébucher, par la chaleur, la tendresse, le toucher rassurant et informant, dans une abondance de contact physiques et sensoriels qui offre ce cadeau inestimable de créer en soi un espace de sécurité propre qui deviendra l'estime pour soi.

L'estime de soi c'est la capacité d'amour qui Vous a fondé, qui Vous fonde dans Votre présent d'adulte et dont Vous avez besoin tout au long de votre vie.

Un amour inconditionnelle au sens de la reconnaissance, de la considération, de la valeur dont chacun de vous a droit en tant qu'être humain.

Il s'agit donc d'avoir de l'estime pour soi afin de développer une bonne confiance en soi.

 

S'estimer permet de se sentir en amour avec soi, dans une autonomie affective qui ne requiert pas sans cesse la confirmation d'autrui.

 

C'est comme une petite lumière éclatante qui brille en vous lorsque vous êtes fiers de vous, lorsque vous savez ce que vous valez sans que quiconque vous le confirme.


L’estime de soi est souvent confondue, avec la vanité, l’orgueil ; or, c’est exactement le contraire.

 

L’homme qui a l’estime de soi est complètement indifférent à l’appréciation

que les autres portent sur lui. Son appréciation personnelle lui suffit, du

moment qu’il a l’approbation de sa conscience, il est heureux.

 

 

 

Pour avoir l’estime de soi, il faut être sûr de faire au mieux de ses facultés. Il faut être certain de donner tout de soi-même, obéir à sa conscience, à son jugement, à son programme. Il faut avoir la volonté de viser intégralement le

but à remplir.

Au contraire, celui que mène la vanité, tient surtout à l’approbation des autres. Il veut paraître, peu lui importe de faire croire à autrui autre chose que ce qu’il est vraiment lui-même. L’essentiel pour lui est d’obtenir des félicitations, des flatteries.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Questionnaire pour prendre conscience de son niveau d'estime de soi

 

e vous invite à répondre par VRAI ou FAUX aux phrases ci dessous: 

 

j'admets mes erreurs

j'ose aller vers des gens inconnus

je peux maintenir mes valeurs lorsque les autres ne les approuvent pas

je peux accepter facilement un compliment

je peux être moi même au milieu des autres

je m'accepte avec mes faiblesses

je peux parler de mes forces

je me réjouis des succès des autres

je ne me compare pas aux autres

je me sens paisible

j'accepte les différences entres les autres et moi

je suis capable e m'affirmer

j'exprime ouvertement mon amour ou mon affection pour les autres

je m'aime et j'apprécie ma compagnie

j'accepte toutes mes émotions

je crois que je suis unique

j'aime être seul avec moi même

je me donne le droit d'être spontané

 

 

Faites le compte de vos réponses (plus vous avez de réponses « VRAI » plus vous avez de l'estime pour vous)

 

 


 

 

 

 

De quelles façons est ce que l’on apprend à s'estimer ?

 

Dès notre arrivée sur cette planète, on reçoit les enseignements qui sont les voix de ce que l’on va appeler dans notre vie notre parent critique ou les voix de notre parent nourrissant. Malheureusement pour une parole du parent nourrissant, on en reçoit trois du parent critique.

 

On a appris des façons d’être, des façons de penser, d’agir qui sont enregistrées dans notre inconscient comme des vérités: des valeurs, des croyances, des attitudes qui sont enregistrées comme étant la seule vérité qui existe.

 

 

Alors si j’ai été plus réprimandée que complimentée, cela implique que j’enregistre que j’ai été une personne incapable, incompétente et nulle, parce que la voix de mon père, la voix de ma mère, la voix des gens qui m’ont élevées, la voix de mon environnement, la voix de mes frères et de mes sœurs étaient une vérité pour moi et ce que l’on me disait, je n’avais pas le pouvoir, enfant, de les remettre en question.

Et c’est la différence avec aujourd’hui où j’ai le pouvoir de remettre en question, toutes ces données que l’on appelle parfois, désuètes ou archaïques. Ces données qui ne s’appliquent plus à moi, mais qui motivent et justifient très souvent des conduites d’incompétences que j’adopte.

 

Ce que j'ai appris devient une voix qui se manifeste en moi, c'est mon juge intérieur

 

Le jugement négatif, sur les choses, les actions, les pensées, viennent de mon parent critique, et si je ne prend pas le temps de réévaluer ces choses, me voilà dans la vie qui entend toujours en sourdine cette voix qui me dit : tu n’y arriveras pas, que vont dire les autres, on y a déjà pensé, abandonne ton projet, tu n’as pas les reins assez solides....

les autres sources d'une mauvaise estime de soi :

 

votre venue au monde (êtes vous bienvenu ?)

préférence de sexe

la position dans la famille (rôle d'aîné responsable et sacrifié.., enfant sandwich)

le fonctionnement de la fratrie (si un enfant malade qui demande beaucoup d'attention)

les amis (leur fidélité)

la position de la famille dans la société

les événements traumatisants vécus par l'enfant (abus, violence conjugale...)

 

la religion


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

les enfants apprennent ce qu'ils vivent : j'ai donc appris du vécu de mon enfance!

Si enfant j’ai vécu dans la critique j’ai appris à condamner

                                      l’hostilité                   à me battre

                                      le ridicule                  à être timide

                                      la honte                    à me sentir coupable

                                      l’intolérance              à juger

                                      la pitié                       à être victime

                                      la peur                       à me méfier

                                      la jalousie                  à envier les autres

                                      la moquerie               à me cacher des autres

 

Si enfant j’ai vécu dans la tolérance j’ai appris la patience

                                      l’encouragement          à être confiant

                                      l’honnêteté                   la justice

                                      la confiance                  la foi

                                      l’approbation                 à m’aimer

 

                                      le partage                     la générosité

 


 

 

 

 

 

 

 

Les bonnes sources de l'estime de soi

 

  • quand les besoins fondamentaux de l'enfant sont satisfaits :

reconnaissance, stimulation, structure, être touché, avoir des attentions, des soins, se sentir en sécurité, avoir des limites et des règles non négociables.

  • quand chaque étape du développement de l'enfant est accompagnée des bons messages

 

 

 

les familles saines développent l'estime de soi de chacun de leur membre :

elles communiquent et écoutent

affirment et offrent un soutien

offrent du respect à chacun

développent la confiance

jouent et ont de l'humour

partagent des responsabilités

définissent les comportements acceptables et ceux qui ne le sont pas

construisent un esprit de famille

partagent une spiritualité

respectent la zone privée de chacun de leur membre

créent de l'espace pour la communication

partagent les loisirs

acceptent les défis et savent demander de l'aide

 


 

Le manque de confiance en soi

 

Il a des origines variés : comportement adaptatif en réponse à l'environnement, souffrances de l'enfance, messages et injonctions dévalorisante, de nos parents ou éducateurs, insultes et rejets par nos pairs à l'école. Elle peut être renforcée par un événement traumatique, une agression, un accident, un deuil.

La négation du droit à la colère et la négation de ressentir ce que l'on sent, forme le creuset du défaut de confiance !

Outre l'aspect héritabilité et les expériences que vous avez rencontrées, certaines peurs agissent comme des verrous, celle de déplaire, de prendre trop de place, d'être rejetés, de vous tromper, d'être critiqués, d'être jugé, d’être ridicule, de perdre l'amour.

 

Notre confiance en soi est aussi sujette à variation. Elle est plus vulnérable, instable a certaines périodes de la vie : l'adolescence avec ses doutes existentiels, la naissance d'un enfant qui bouleverse l'image de soi et les habitudes, la ménopause, la vieillesse quand elle est perçu comme une mise a l'écart.

De fait, tous les grands et petits événements qui entraînent une humiliation sociale (harcèlement morale, licenciement, revers de fortune...), une blessure narcissique (rupture sentimentale, divorce, maladie...peuvent diminuer plus ou moins profondément, durablement, la confiance que l'on a en soi.

 

on gagne en assurance quand on se sent appréciée et respecté par les autres.


 

 

 

Ce qui va à l'encontre de l'estime de soi  : LE DÉNI

 

 

En effet, un blessé ne s'identifie pas à sa blessure :

pour re -bâtir son estime de soi, il est essentiel de ne pas s’identifier à sa blessure !

A trop s'attacher à sa blessure, à trop s'identifier à sa tragédie, la victime risque de tout expliquer (sa conduite, ses choix, ses autres malheur...) par le fait qu'elle est meurtrie.

 

Il est impossible de reconstruire son estime sur la base d'une telle victimisation. l'identification à son malheur ne permet pas de tenir à distance sa douleur, ni de guérir.

 

A l'autre extremum, une autre stratégie de protection consiste à se sur-adapter socialement, adopter une attitude trop parfaite, anormalement « normale ». Cette stratégie qui repose sur le déni de sa blessure, empêche toute reconstruction de son estime de soi.

 

 

 

Un premier pas consiste à savoir discerner la cause véritable de ses traumatisme et à les reconnaître pour mieux les surmonter.


Ce qui va à l'encontre de l'estime de soi  : LA COMPARAISON AVEC L'INCOMPARABLE

 

à trop regarder dans le jardin du voisin, nous nous faisons souffrir inutilement, nous vivons dans l'envie et la jalousie, ce qui n'a rien de positif pour assurer notre épanouissement dans la sérénité.

 

Ce qui va à l'encontre de l'estime de soi   : La compétition excessive

vouloir s'améliorer sans cesse pour grandir à ses propres yeux est la meilleur des choses.

En revanche, se donner des modèles inatteignable mène à l’échec, à la déception, à la colère contre soi même

 

La bonne compétition consiste à se fixer des objectifs stimulant, à sa portée


 

 

 

Ce qui va à l'encontre de l'estime de soi   : l extrême dépendance

 

Nous avons besoin des autres pour mieux nous connaître et nous avons beaucoup à apprendre d'eux. Cependant l'estime de soi implique de garder son autonomie et son indépendance de pensée, d'opinion et d'action, c'est pourquoi une certaine distance est judicieux

 

Ce qui va à l'encontre de l'estime de soi  : le désir de conformité

 

trop soucieux de plaire et de nous couler dans le moule, nous en venons à oublier de réfléchir et d être nous même avec notre originalité et notre différence.


 

Ce qui va à l'encontre de l'estime de soi   : la rumination et l’interprétation erronée

 

il n'y a rien de pire que de vivre dans l'enfermement et la solitude, car nous perdons tout contact avec la réalité pour dialoguer uniquement avec ces petites voix désincarnées qui entretiennent nos insomnies, en nous faisant inventer ce qui n'est pas, et en transformant les petits incidents en problèmes.

 

En prêtant aux autres des pensées qu'ils n'ont pas , vous vous enfermez dans vos préjugés et vos automatismes, vous privant de toutes possibilités d 'évolution.


 

 

Ce qui va à l'encontre de l'estime de soi   : LES BLOCAGES

 

Comprendre l'origine de ses blocages :

chaque personne a ses propres valeurs qui guident ses comportements.

Pour faire le point sur vos valeurs personnelles, prenez un temps pour compléter par écrit les phrases suivantes .

 

 

Cet exercice permet de renoncer aux valeurs qui vous entravent et d'utiliser les autres à bon escient pour changer votre comportement :

pour être bien avec soi même,

il faut....

on doit.....

pour être bien avec les autres,

il faut.....

on doit.....

pour réussir sa vie de couple et de famille,

il faut......

on doit …...

pour réussir sa vie professionnelle,

il faut......

on doit.....

 

identifier vos complexes, pannes de l'estime de soi :

le complexe de castration ,

le complexe de culpabilité,

le complexe d'infériorité,

le complexe d’exclusion,

le complexe d'échec

 


Développer l'estime de soi en tant qu'adulte

 

Prendre conscience du problème:

se demander : est ce que je crois en moi?

je me respecte

je fais ce que j'ai envie de faire

je crois que je mérite ce qu'il y a de meilleur

j'ai tendance à blâmer les autres pour ce qui m'arrive

j'ose être spontané dans mes relations

j'ose dire non

j'ose prendre des risques

 

j'ose communiquer clairement


Développer l'estime de soi en tant qu'adulte Re découvrez ce que vous valez

CHANGEZ DE REGARD SUR VOUS MÊME

 

il arrive parfois que l'on me dise « j'ai le sentiment de ne pas être à ma place dans la vie » ou « je me suis jamais senti à ma place dans ma famille, je m'y suis toujours senti étrangère, indifférente» ce qui leur donne le ressenti parfois de passer à coté de leur vie.

Or nous sommes embarquées sur un chemin d 'évolution éternelle, infinie.

 

Chaque instant, tel qu'il est, est parfait, et finalement nous sommes toujours à la place parfaite que nous pouvons occuper quels que soit l'espace et le temps. Nous vivons pour ce que nous expérimentons, ce que nous apprenons sur nous même à chaque moment. Nous vivons pour prendre toujours plus conscience du trésor que nous sommes à chaque instant. C'est pourquoi nous sommes toujours à notre juste place .

 

« Est ce que je me donne la place que j'attends désespérément qu'on me donne ?

Est ce que je m'apporte cette reconnaissance ou ce respect profond, inconditionnelle que j'attends désespérément qu'on m'apporte ?

Est ce que je m'aime comme je suis, c'est à dire en route, en construction, même en chantier , ou est ce que je continue à attendre d'être parfait et accompli pour commencer à m'aimer ?

Si vous vous apportez pas vous même une reconnaissance juste et mesurée, vous risquez de passer votre vie à quêter désespérément à l’extérieur de vous une reconnaissance dépassée et démesure.

 


Développer l'estime de soi en tant qu'adulte

 

Accepter SON CORPS physique CAR

 

  • vous n'en avez pas d'autre !

  • Vous ne vous voyez jamais comme les autres vous voient : dans le miroir, on voit une image inversé de notre corps en 2 dimensions, les autres nous voient en 3d et ça change tout !

  • vous tirez de mauvaises conclusions : vos complexes physiques sont souvent des illusions d'optiques

  • vous surestimez la beauté, être belle ne fait pas forcement le bonheur (on les pensent souvent superficielle)

  • vous confondez apparence physique et séduction

  • vous oubliez que nos différences physiques sont souvent de puissant stimulant

     


Développer l'estime de soi en tant qu'adulte

 

IDENTIFIEZ VOS POINTS FORTS ET FAIBLES EN TOUTES 

HONNÊTETÉ

 

La conscience de vos points fort vous aidera à vous valoriser

en visitant vos vrai points faibles et non ceux que vous imaginez, vous vous libérerez de la culpabilité, vous vous accepterez davantage tel que vous êtes, et si cela est possible, souhaitable, vous pourrez progresser, ce qui renforcera la confiance en vous.

La clé de l'estime de soi c'est bien d'apprendre à se connaître. Un adulte sûr de lui a l'habitude de s'entendre avant d'écouter les autres lui conseiller ceci ou cela, c'est d'avoir un réel et profond respect pour soi.

Apprendre à connaître ses besoins, ses désirs et ses opinions est le 1er pas pour les faire reconnaître sans sentiment d'anxiété et de doute.

 

Ne s'estime-t-on pas davantage quand on se fait le cadeau d'être bien dans ses choix et bon pour soi ? S'accueillir sans se juger est un geste d'estime envers soi !


Que faire pour accentuer votre sentiment de compétence :

 

le sentiment de compétence soutient solidement l'estime de soi

c'est un sentiment qui conduit à se sentir capable d'être (savoir être) de faire (savoir faire) ou d'apprendre (savoir). Quand on se sent compétent, on a conscience de ses capacités, si on en manque, on a conscience de pouvoir en acquérir.

Il n'est pas rare qu'un sentiment de compétence fluctue et laisse parfois la place à un sentiment d’incompétence. Si vous considérez les erreurs comme des échecs, vous auto-sabotez votre propre sentiment de compétence. Une erreur peut être une mine de renseignements à qui sait en tirer les leçons. Avec le temps, les essais réussis et les succès répétés consolideront votre sentiment d’efficacité.

 

Ceux qui ont un fort sentiment de compétence, ne craignent ni d'échouer ni de réussir. Et ils savent tirer satisfaction de leur bon coups.


Développer l'estime de soi en tant qu'adulte

 

SOYEZ POUR VOUS MEME UN AMI

 

Cessez de regarder ce que vous ne faites pas, ce que vous n'avez pas encore fait.

Soutenez vous, aidez vous, faites vous du bien, faites vous plaisir, encouragez vous comme vous le feriez pour un ami que vous aimez bien.

 

Vous développerez une nouvelle relation à vous même quand vous aurez intériorisé que vous êtes digne d'amour, d'intérêt et de respect, avec toutes vos qualités et vos imperfections. Apprenez à être pleinement vous même en accédant à vos propres croyances, à votre propre vérité.

Osez exprimer avec honnêteté votre personnalité sans craindre de déplaire !

 

Je guéris mon enfant intérieur

l'enfant intérieur, c'est celui qui continue à vivre en vous avec ses joies, ses blessures, ses désirs, ses frustrations et ses doutes.

C'est l'enfant que vous étiez et que vous avez imaginé être qui reste enfoui quelques part en vous et qui continue à vous envoyer des messages que, bien souvent, vous n'écoutez pas ou vous n'entendez pas.

Comme vous êtes devenus des « grands », vous avons arrêté de l'écouter

il est temps de reprendre contact avec lui.

 

Ce qui est fait est fait, en revanche ce que l'adulte que vous êtes peut faire, c'est aller à la rencontre de l'enfant qu'il a été et de prendre soin de lui, à l'aune du recul et de l’expérience qu'il a aujourd'hui. 


Je vous invite à faire l'exercice du miroir (apprendre à s’aimer soi-même)

 

Exercez vous à dire « Je t’aime (votre prénom) »

quand vous vous regardez dans un miroir.

Accompagnez le tout d’un sourire et voir d’un clin d’œil.

(Louise Hay conseille de faire cet exercice d’estime de soi pendant au moins 30 jours pour en voir la transformation).

 

 

Au début, quand vous allez penser à faire cette affirmation, plusieurs pensées vous viendront à l’esprit et votre conversation intérieure va démarrer avec des phrases comme :

Franchement, c’est stupide! T’as vraiment l’air niais(e)! Tu n’es pas si aimable que ça! Y a des affaires dont tu n’as pas à être fier(e)! Tu pourrais tellement faire plus et mieux! En plus, t’as pas vu ces rides, ces cheveux gris, ces poches sous les yeux! 

Mais je vous invite à persévérer pendant trente jours. Chaque fois que votre regard croise un miroir, regardez-vous et répétez«Je t’aime», que ce soit en brossant vos dents, au volant de votre voiture, dans un vestiaire ou en regardant votre reflet sur l’écran de mon ordinateur.

Allez au-delà des pensées critiques typiques jusqu’à l’essence de qui vous êtes.

Au fur et à mesure, vous allez vous sentir un peu moins maladroit, plus confortable avec ces pensées. Graduellement, vous allez remarquer que les voix critiques dans votre tête vont se ramollir.

Quand votre esprit reviendra à vos défauts, recentrez doucement vos pensées et soyez bon avec vous-même.

Cet exercice vous ramène dans le présent.

Progressivement vous développerez avec vous-même une relation plus affectueuse.

 


Développer l'estime de soi en tant qu'adulte

 

Prendre la responsabilité de sa vie

personne ne viendra vous sauver! qu'est ce que je veux pour moi?

Qu'est que je veux montrer aux autres? (il n'y a pas de vent favorable pour un navire qui ne connaît pas son port (Sénèque))

nous sommes responsables des pensées qui sont en nous!

 

la vie est un processus de croissance : ce que vous pensez vous le deviendrez si vous le pensez assez longtemps


Développer l'estime de soi en tant qu'adulte : POSITIVEZ

Dès que vous perdez confiance dans une situation, avant une rencontre, une épreuve, ne vous laissez pas entraîner par des pensées négatives.
Au contraire, pensez en positif à ce que vous êtes, ce que vous pouvez, ce que vous voulez.

Vous aurez des hauts et des bas, une attitude positive vous aidera à composer avec les événements. C'est ce qui compte vraiment, la confiance dans votre capacité à traverser les difficultés comme à vous réjouir.

 

Prenez l'habitude de diriger les affirmations positives sur vous même : « j'ai le droit de.... » « je peux... » «  je suis capable de …. » et votre confiance en vous ne cessera de progresser vers plus d'acceptation de vous et de respect envers vous même.


Développer l'estime de soi en tant qu'adulte

 

Modifier les éléments de ce dialogue négatif en se donnant des permissions des messages positifs et encouragements

 

cesser il faut, je dois!

au début cela peut paraître artificiel (durant tant d'années nous avons entendu d'autres phrases) mais en persévérant et en changeant systématiquement les messages négatifs en permissions constructives, l'estime de soi s'améliore influençant la vie émotionnelle et le comportement

 

 

 

Il faut reprogrammer par des affirmations

ce sont des outils pour l'esprit, elles ont pour but d'aider à changer une croyance fondamentale

 

Comment créer une affirmation?

formulez votre phrase au présent, en utiliser le « JE », avec des mots positifs, ayant un sens précis pour vous et en évitant les généralités.

Répétez vous cette affirmation le plus souvent possible, (la répétition est la mère de l'apprentissage) au réveil et avant le sommeil

ex : j'ai trop peur de rater mon entretien devient je suis certain d’être engagé.

J'ai peur d 'échouer devient je réussis.


RETROUVEZ VOTRE 

ÉLAN

dites vous :

  • si j'osais...

  • si j'étais sur de moi ...

  • si je m'étais sentie soutenue...

  • si je 'étais sentie valorisée...

  • etc...

Aujourd'hui, je ….

 

Vous retrouverez ainsi toutes vos qualités réelles, vos désirs, vos capacités.

 

Les personnes qui jouissent d'une bonne estime d'elles même se lancent d'autant plus facilement dans l'action qu'elles acceptent de prendre des risques (calculés) sans craindre de perdre confiance en elles en cas d'échec. Elles savent relativiser les erreurs, assumer une certaine responsabilités sans se déprécier personnellement. Et vous, éprouvez vous un sentiment général de confiance lorsque vous entreprenez une nouvelle activité ? Est ce que vous passez facilement à l'action quand vous décidez d'un projet ? Le menez vous à terme ?

 

Lorsqu'on agit avec conviction, on persévère. L'estime de soi est ce tremplin qui permet d'oser entreprendre sans craindre des bleus à l’âme et à l'orgueil. Il est le moteur de l'action.


Développer l'estime de soi en tant qu'adulte

 

Modifier la communication interne et externe (il faut désapprendre!)

identifier les pensées limitantes

dire stop! non c'est pas vrai

arrêter toute généralité

lâcher-prise des comportements négatifs :

 

il est important de prendre la décision de renoncer à toute critique, de cesser de se comparer, de cesser de blâmer, de cesser de se plaindre (faire passer ce que nous disons à travers les 3 filtres de Socrate :

 

est ce que ce que je veux dire

- est vrai?

- fait preuve de bonté?

- est utile aux autres?

 

(si non je reste silencieux))


Développer l'estime de soi en tant qu'adulte

 

Utiliser la visualisation

plutôt que de penser à vos échecs, à vos difficultés, essayez de vous imaginer dans la réussite, la reconnaissance par les autres de ce que vous êtes, la réalisation de vos désirs.

C'est lorsque vous croirez en vous que vous pourrez changer. C'est le fait de croire en vos capacités qui vous propulsera vers l'avant. Vous pourrez accomplir de grande choses.

Pour accomplir une chose, vous devez être convaincu d'en être capable. Si d'autres y sont parvenus, vous pouvez y arriver vous aussi. Il n'y a pas de gens spéciaux. Il y a seulement des personnes qui ont suffisamment de courage pour commencer à faire quelque chose, qui sont prêts à risquer d'échouer et qui continueront jusqu'à ce qu'ils en viennent à bout.

 

 

 

 

Passons à la pratique :

Premier auto-coaching : Prenez trois minutes, à l’instant, et posez

vous la question suivante : si ce n’est pas une question d’argent, ni de

temps, si je suis certain (e) de réussir, quelle est la vie de mes rêves ?

écrivez tout ce qui vous vient à l’esprit, sans vous censurer.

Faites comme si vous passiez une commande.

 

Second auto-coaching : prenez deux autres minutes, et posez vous cette

seconde question : que suis-je prêt (e) à faire chaque jour de ma vie, et plusieurs

fois, même sans être payé (e) ? (tout simplement parce que j’adore cela, que

je me sens en phase avec ma mission de vie quand je le fais et que c’est en

phase avec mes valeurs, que cela donne un vrai SENS à mon existence).

 

Méditez ce que vous avez écrit. C’est très précieux. Vous venez de consacrer

 

cinq minutes à conscientiser la vie de vos rêves.


Quand l estime de soi suscite la sympathie

 

Imaginez que vous soyez dans une forme exquise, vous vous sentez heureuse et pleine d'aplomb, nul doute que vous dégagerez charme et sympathie autour de vous. Être bienveillant avec soi porte à l'être avec les autres. Le regard que nous portons sur les autres dépend beaucoup de notre propre regard sur nous. C'est bien connu la confiance en soi attire la confiance, le respect de soi suscite le respect des autres ;

Quelle impression pensez vous faire sur les autres, est ce que vous vous considérer de façon positive ? Comment assumez vous votre originalité ou vos particularités ?

 

 

Lorsqu'on a une bonne estime de soi, on dégage plus d'énergie, on affiche plus d’assurance, on se présente à son avantage, on rit plus, on se sent mieux.

 

 

Résultat : l'estime de soi génère des relations harmonieuses ou stimulantes qui en retour consolident la confiance en soi.


Conserver son estime de soi en situation difficile

éviter de s'acharner sur ce qui ne peux être changer : lâcher prise (voir dossier du mois de juin)

 

Acceptez les critiques pour progresser :

qu'il peut être difficile de croire en soi, ceux qui doutent d'eux même n'accordent souvent pas de crédit aux compliments. Mais qu'il s'agisse de critiques et les voilà devenus leur juge le plus sévère.

Selon votre manière d’interpréter ces « commentaires », ils joueront en votre faveur ou contre vous.

Chacun doit apprendre à faire la part des choses en distinguant notamment les commentaires qui sont utiles de ceux qui ne sont ni profitable ni constructifs.

Une erreur réinterprétation consiste à transformer un commentaire critique (je n'ai pas compris ce point...) en un jugement péremptoire sur l'ensemble de votre travail (il pense que je suis incapable de faire mon travail correctement).

Recherchez plutôt la validité ou non du propos en accord avec la réalité.

Bien prendre les commentaires pour ce qu'ils valent réellement, est un indice de bonne estime.

Sachez qu'une critique n'est pas adressée directement à votre moi profond mais à l'image que l'on se fait de vous.

Pour aller plus loin, je vous invite à lire ou relire mon dossier « le jugement », vous trouverez l'article dans la partie « commentaires » à gauche de la page.

 

 

Refusez de se laisser humilier 


 

 

Une vrai confiance en soi c'est :

 

  • ne pas avoir honte d'avoir honte : ça veux dire qu'on a un surmoi fort, qui résiste à l’échec ;

  • soigner son look et assumer ses éventuels défaut avec réalisme et humour.

  • Etre capable de demander pardon, de reconnaître ses torts, ses erreurs et même ses fautes.

  • Rester combatifs dans la difficulté, ne pas se poser systématiquement en victime

  • reconnaître qu’on est moins bon qu'un autre (pour cette fois)

  • être capable d'admiration, avoir des modèle d'exigence, ça donne envie de se surpasser

  • savoir écouter sans interrompre parce qu’on ne se sent pas menacé par la parole de l'autre


Résumer


On ne peut avoir confiance en soi que si l'on a conscience de qui on est, c 'est à dire conscience à la fois de ses capacités et de ses désirs.

Revisitez vos acquis, vos réussites, les choix, les actes, les qualités dont vous êtes fier ou que l'on vous reconnaît.

Regardez tout le positif en vous : vos qualités, vos points forts, sur tous les plans, physiques, intellectuels, affectifs...

lisez tout ce que vous avez déjà réalisés, réussi.

Prenez en compte vos désirs d'aujourd'hui. Si vous n'avez pas confiance en ce que vous voyez, revisitez les choix que vous avez fait dans le passé et qui correspondaient à vos désirs, même s'il s'agit de non choix.

 

Aimer qui on est sans condition

l'indice d'une bonne estime de soi c 'est se sentir aimable tel que l'on est maintenant sans les « si je...ou un jour peut être... »

Un adulte qui s'aime suffisamment se sent aimable malgré les difficultés et les découragements. Il peut ainsi se passer de preuves et de comparaisons.

 

 

L'estime de soi c'est croire en sa valeur, en son droit à l'amitié, en l'amour et au bonheur.

L'amour de soi va de paire avec la bienveillance envers soi et la générosité envers les autres.

Amour de soi + bienveillance envers soi = don de soi.
Songez y : une personne qui ne s'aime pas considère souvent (inconsciemment) qu'elle n'a rien à donner ou à partager avec les autres ; si elle pense qu’elle ne vaut rien, comment pourrait elle offrir quelque chose de valable ? Et comment pourrait elle même accepter de recevoir ce qu'elle ne peut se donner à elle même? l'amour bienveillant envers soi.

Fort de la compréhension du jugement (posts de mars), de l'acquisition du lâcher prise (posts de juin) et du respect envers vos valeurs (post de juillet) vous arrivez de mieux en mieux à vous aimer, continuez, vous êtes sur la bonne voie de l'estime de vous.

 


 

 

Travailler tous les jours à une juste estime de soi, cela suppose de développer sa propre capacité de se remettre en question et de regarder ses ombres, ce qui n'est pas confortable, je vous l'accorde.... !!!

Soyez indulgent avec vous, laissez vous le temps de la transformation...

 

Liste des livres dont sont issus mes publications :

je dis enfin stop à la pression de audrey akoun et isabelle pailleau

être heureux ce n'est pas nécessairement confortable de Thomas d'ansembourg

vivre c'est se choisir de Corinne collin-bellet

arrête de te plaindre et bouge toi de larry winget

calme et confiance en soi de charlotte legris et myriam jezequel

l'estime de soi de marie-joseph chalvin

 

soyez vous même tous les autres sont déjà pris de gilles azzopardi