7. Compréhension et acceptation de soi


 Vous vous trouvez des défauts, des faiblesses ? Bien sûr ! Quoi de plus naturel ? Mais cela ne doit pas vous empêcher de voir aussi toutes vos qualités.

Soyez bienveillant envers vous-même, sachez apprécier vos qualités et vos succès, sachez regarder positivement vos limites et tirer parti de vos erreurs et de vos insuccès. 

 

 

Pour affiner la compréhension et l’acceptation de Soi, je vous propose de prendre connaissance de quelques aspects de l’analyse transactionnelle, qui vont vous permettre de mieux vous connaître puis de modifier favorablement vos relations aux autres.


Les trois états du Moi

 

Le fondateur de l’analyse transactionnelle, Eric Berne, a distingué trois aspects de la personnalité, présents en chacun d’entre vous, et qui sont appelés « états du moi ».

 

Ces trois états de votre personnalité sont appelés : le Parent, l’Adulte et l’Enfant

 

Vous êtes bel et bien une personne unique, avec une personnalité unique, et il n’y a en aucun cas « plusieurs personnes en vous ». Votre personnalité comporte simplement de nombreuses facettes, de multiples manières de s’exprimer, et les trois états du moi discernés par Berne ne sont que trois de ces multiples facettes. 


1. Le Parent

 

Votre Parent intérieur est l'aspect de vous-même qui détient votre expérience, votre acquis, votre savoir.

Vous avez construit cet aspect Parent de votre personnalité avec l’éducation que vous ont transmis vos propres parents, où toutes autres personnes ayant ce rôle d’éducateur (professeur, beau-père, patron….)

Vous utilisez cette facette de votre personnalité dans les moments où vous voulez faire usage de domination, de critique, d’autorité, et aussi de protection et d’encouragement.

Même un enfant peut avoir un état du moi Parent bien développé.

 

Exemple : lorsque les enfants jouent, certains ont facilement tendance à vouloir commander aux autres, à leur imposer des règles, en somme à « jouer au petit chef ».

 

Votre aspect Parent comporte plusieurs facettes :

  • le Parent critique ou normatif
  • le Parent nourricier ou donnant

A. Le Parent critique ou normatif

il est le détenteur de vos normes et de vos valeurs. Il représente l’autorité.

  • Le Parent normatif utilise le côté positif de la loi : il a pour rôle de réguler, protéger, éviter les excès et les abus.
  • Le Parent critique, quant à lui, représente votre tendance à juger, critiquer, réprimander, sanctionner, menacer... Il utilise plutôt les aspects contraignants de l’autorité, avec ses effets répressifs.

Le Parent critique veux imposer sa propre loi. Il adresse à votre enfant intérieur des consignes, des injonctions qui font appel au sens du devoir et de l’effort, telles que « Sois parfait », « Travaille plus », ou au contraire tendent à le rejeter.

 

Exemples de phrases utilisées par le Parent critique :

« Tu ne dois pas faire cela » ; « C’est un scandale ! » ; « Pour qui te prends-tu ? « ; « Tu n’y arriveras jamais ».

 

B. Le Parent nourricier ou bienveillant

Il représente la faculté que vous avez de vous occuper des autres et de vous-même, avec bienveillance, de consoler, rassurer, encourager, protéger.

Mais il peut aussi être dans l’excès, surprotéger et étouffer ceux à qui il s’adresse. On parle alors de « Parent sauveur ».

 

Exemples de phrases utilisées par le Parent nourricier :

 

« Je suis sûr que tu vas y arriver » ; « Comment va ton mal de dos ? » ; « Couvre-toi bien, il fait froid ce matin » ; « Ce n’est pas grave, cela va passer ».


2. L’Adulte

 

Il est avant tout « neutre, objectif et raisonné ».

Il cherche à résoudre les problèmes en toute rationalité, pèse soigneusement le pour et le contre et décide en toute conscience. Il peut être qualifié également de « responsable ».

Il manque aussi de chaleur : les sentiments et les émotions ne sont pas son domaine. Il fait avant tout un large usage de l’intellect.

Il tend à désamorcer ou à éviter les conflits. Il est le négociateur.

 

Exemples de phrases utilisées par l’Adulte :

« Quelle heure est-il ? - Dix heures trente » ; « On dirait qu’il va faire de l’orage - Oui, nous avons intérêt à trouver un abri » ; « Il y a sûrement une solution à ce problème ».

 

Une relation d’Adulte à Adulte est par nature égalitaire et ne produit pas de chocs d’ego.


3. L’Enfant

 

Vous pouvons le définir comme la partie de vous-même « qui n’a pas vieilli ».

L’Enfant peut se manifester de plusieurs façons :

  • L’Enfant libre ou spontané
  • L’Enfant adapté ou soumis
  • L’Enfant rebelle

A. L’Enfant libre 

Vous êtes dans le rôle de votre enfant libre lorsque vous vous exprimez et agissez sans ressentir de contraintes, laissant libre champ à votre imagination, votre créativité, votre spontanéité. Il est par nature joueur, rieur, parfois capricieux. C’est dans cet état que vous exprimez vos sentiments et vos émotions, aussi bien agréables que désagréables : joies et peines, attirances et aversions, peurs, colère...

C’est cet état que l’on recherche en développement personnel et que l’on nomme : « l’enfant intérieur », cet enfant libre, puissant catalyseur de votre bonheur, c’est donc dire tout le soin qu’il mérite !

 

Exemples de phrases utilisées par l’enfant libre :

« Formidable ! Génial ! » ; « Aïe, aïe, ça fait mal ! » ; « Tu viens avec moi voir ce film ? Je suis sûr qu’on va s’amuser comme des fous ! »

 

B. L’Enfant soumis

L’Enfant soumis est l’enfant sage et obéissant dont rêvent bien des parents. Il se plie aux règles, n’apporte pas de contrariété, fait ce que l’on attend de lui.

L’Enfant trop longtemps soumis tend à adopter les règles préétablies, à accorder raison à qui aura parlé en dernier, à manquer donc d’esprit critique et d’autonomie de pensée, avec le risque de s’effacer totalement.

 

C. L’Enfant rebelle

L’Enfant rebelle est l’exact opposé de l’Enfant soumis : il s’oppose systématiquement à toutes les règles qu’on veut lui imposer.

Il suffit de lui proposer une chose pour qu’il la refuse ou en fasse une autre par esprit de contradiction.

Il n’est pas rare que l’Enfant qui s’est trouvé trop longtemps soumis devienne rebelle ; ce type de rébellion est une des caractéristiques de l’adolescence.


 En résumé

 

Les 3 états du Moi : Parent, Adulte, Enfant sont présents en vous tout au long de votre vie, quel que soit votre âge.

A un moment, vous pouvez par exemple prendre le rôle de l’Enfant, puis lors d’une conversation prendre celui du type Adulte.

 

Observez laquelle de vos facettes vous utilisez à tel ou tel moment, avec telle ou telle personne, celles que vous employez le plus souvent, le moins souvent.

Il n’y a pas de « meilleur « ou « moins bon » état du Moi ; chacune de ses facettes vous permet de vous adapter à la situation rencontrée.

 

Je vous propose d’observer votre dialogue intérieur. Ressentez-vous des sensations agréables ou désagréables ?

Peut-être entendrez-vous :

  • le Parent bienveillant s’adresser à l’Enfant libre pour le réconforter dans les moments difficiles
  • ou bien le Parent critique faire la leçon à l’Enfant rebelle...

Ce Parent critique vous semblera peut-être quelque peu oppressant !

 

Il est souhaitable d’assouplir le dialogue de votre Parent critique, car son discours est généralement fait d’interdits, de réprimandes, il n’est guère constructif et tend plutôt à générer des conflits, en prenant garde de ne pas supprimer tous les repères et toutes les normes ! Car c’est lui le détenteur de vos valeurs

 

Par exemple : votre Adulte intérieur vous présentera l’argument des calories lorsque votre enfant tend à abuser des sucreries, alors que le Parent critique aura pour sa part tendance à utiliser la réprimande, à susciter la honte de la gourmandise ou la crainte des kilos en trop...

 

A vous de doser judicieusement leur développement et leur usage, et de faire en sorte que le dialogue intérieur se fasse aussi harmonieusement que possible, développer le plus souvent possible votre Parent bienveillant, votre Adulte et votre Enfant libre.



Une bonne relation avec les autres implique

 

1. De voir

Voir les défauts et les qualités des autres, sans jugement, sans interprétation. (pour plus de détail, lire mon article sur "ces jugements qui vous font du mal)

 

Chacun d’entre vous - et ceci vaut donc aussi pour vous-même - porte un certain nombre de masques, en fonction des circonstances.

La question est de prendre conscience de ces masques, de ne pas s’y arrêter, de voir au-delà.

 

2. De respecter

Il s’agit de ne se placer ni en dessous, ni au-dessus de l’autre. Dans le premier cas, vous manqueriez de respect pour vous-même ; dans le second, vous feriez preuve d’un ego superflu.

Le respect peut être défini comme un juste milieu entre la crainte et l’arrogance.

Votre propre ego voudrait vous faire croire que vous valez mieux que l'autre, que vous êtes plus important que lui. Et l'ego d'autrui, lorsqu'il prend un peu trop de place, dérange toujours le vôtre...

Vous avez tous besoin de recevoir du respect. Et le moyen le plus sûr pour en recevoir est tout simplement d’en donner !

 

3. D’accepter

Acceptez l’autre dans sa totalité.

Voyez ses limites, ses défauts, ses qualités et acceptez-les, sans jugement, sans critique.

 

Je t’accepte tel que tu es

 

L’acceptation est étroitement liée à la notion de tolérance. Accepter que l'autre soit tel qu'il est, c'est accepter non seulement qu’il ait des défauts, mais aussi qu’il soit différent de vous, avec un comportement, des convictions, des intérêts et des motivations parfois très éloignés des vôtres.

La tolérance ne veut pas dire ne pas réagir, ni être indifférence. Elle ne signifie pas qu’il faille accepter, ni encore moins favoriser les abus ou les excès.

La tolérance ne consiste pas non plus à « encaisser » en mijotant quelque vengeance pour plus tard.

Cette attitude correspond à ce que l’analyse transactionnelle nomme « la collection de timbres ». Celle-ci consiste à stocker les contrariétés, les frustrations comme autant de « timbres-prime » qui donneront droit ultérieurement à un « cadeau ». Vous accumulez sans rien dire sur le moment, puis une fois atteint un certain volume de « timbres » vous les rendez d’un seul coup, en piquant une colère ou en prenant une revanche qui est votre contrepartie, votre cadeau.

Accepter l’autre est réellement pouvoir en constater la personnalité, le comportement, sans ressentir d’émotion désagréable ou négative.

 

4. Etre bienveillant

Dans les relations avec les autres aussi bien que dans la relation avec soi-même, la bienveillance est un ingrédient essentiel.

Elle consiste à voir en priorité les qualités de l’autre, de plus, cela l’encouragera à les utiliser, cela en va de même pour vous !

Un autre aspect de la bienveillance est de ne pas avoir d'intention négative ou agressive envers les autres.

Cela est quelques fois difficile car il y a notre Parent critique, qui tend à regarder toute personne d’un œil peu compatissant, à se focaliser sur les défauts et les erreurs de l’autre.

Il vous appartient d’être conscients des interventions de cette facette de votre personnalité, et de passer le plus possible le relais à notre Parent... bienveillant.

La bienveillance que vous développez envers l’autre est étroitement liée à celle que vous vous accordez, à celle de vous voir dans votre état d’Adulte qui consiste à s’affirmer, à pouvoir s’exprimer et agir sans crainte, sans agresser ni manipuler.


Utilisation des états du Moi dans les relations aux autres

 

Communiquer, être en relation avec une autre personne implique une certaine adaptation. La question est alors de s’adapter à l’autre tout en restant soi-même.

Vous pouvez alors choisir, instinctivement ou en toute conscience, l’état de votre propre moi qui va lui répondre.

 

1. La relation Parent <-> Parent

Il s’agit surtout d’échanger des points de vue et des considérations entre « gens convenables » sur toutes sortes de sujets « passe-temps », et surtout sur les autres, avec une forte tendance à émettre des jugements.

Selon que les valeurs des deux Parents sont ou non compatibles, la relation peut être courtoise ou tourner à l’affrontement.

 

2. La relation Adulte <-> Adulte

Elle est particulièrement équilibrée, C’est une relation avant tout basée sur l’efficacité, mais qui manque aussi de chaleur et d’entrain. Rappelons-nous que l’Adulte représente l’intellect : l’échange entre Adultes ne peut guère générer que des satisfactions d’ordre... intellectuel.

 

3. La relation Enfant <-> Enfant

C’est le cas par exemple lorsque vous vous amusez entre amis, plaisantez entre collègues, vivez une relation amoureuse sur le mode du jeu bienveillant et chaleureux...

Le plaisir est alors ce qui caractérise essentiellement ces échanges. Il s’agit de jouer ensemble, d’être dans le ressenti, l’émotion, la spontanéité.

 

4. La relation Parent <-> Enfant

Lorsque c’est le Parent critique qui s’adresse à l’Enfant, la relation est de type dominant / dominé : soit c’est l’Enfant soumis qui répond, soit c’est l’Enfant rebelle.

La relation Parent nourricier/ Enfant libre est bien adaptée aux cas où l’Enfant a besoin de réconfort et de soutien, à condition toutefois que ce soit l’aspect positif, bienveillant du Parent qui intervienne, et non son côté « sauveur ».

 

5. La relation Adulte <-> Enfant

Cette relation est particulièrement adaptée à la pédagogie, l’Adulte donne des explications claires et rationnelles à l’Enfant. N’utilisant pas l’ego, il ne se place pas au-dessus de l’Enfant mais se met à sa portée avec un souci d’efficacité.

 


Vous aurez toujours à faire pour améliorer la qualité de vos relations.

Sachez utiliser les meilleurs aspects de votre Enfant pour apprécier tous les plaisirs du parcours, tout en assumant vos responsabilités en Adultes, et en gardant un regard bienveillant sur vous-même et sur l’autre.

La première des choses pour être en bons termes avec les autres est d’être bienveillant avec soi-même.

 

Laissez donc parler votre cœur tout en sachant utiliser votre raison à bon escient.

 


Vos relations avec la Vie

 

En y regardant de près, il apparaît que pour une large part, les événements de votre vie ne sont que le résultat de vos actions, de vos choix.

En effet, toutes vos actions, vos paroles - qui découlent elles-mêmes de vos pensées - ont des conséquences sur vous-même et votre entourage.

Il devient donc important de faire des choix pertinents et d’agir en connaissant cette loi simple mais fondamentale de la vie : toute cause produit ses effets.

Il reste la part d'impondérable, d’imprévisible de votre vie, avec ses bons et ses mauvais moments. Comment en tirer le meilleur parti ?

 

Trois atouts vous sont pour cela particulièrement utiles :

  • la confiance,
  • la faculté d’adaptation,
  • l’audace,
  • le tempérament d’explorateur.

1. Votre confiance à la Vie

Vous pouvez cultiver la conviction que l’ordre des choses n’a pas pour but de vous agresser ou vous détruire, et que tout ce qui vous arrive peut d’une manière ou d’une autre être mis à profit.

Faire confiance à la vie, c’est avancer sans crainte, accepter par avance tout ce qu’elle vous apportera.

 

2. Votre faculté d’adaptation

Elle est un précieux atout. Il vous est particulièrement favorable de développer et d’utiliser la créativité qui en est la base.

 

3. Votre audace

Elle vous est nécessaire pour entretenir les meilleures relations possibles avec la Vie. Celle-ci vous met régulièrement face à des défis qui pour être relevés vous demandent à la fois de l’imagination et du courage.

 

4. Votre tempérament d’explorateur

Il se caractérise par un esprit d’ouverture, de conquête, et une intarissable curiosité, le besoin de découvrir, pour le plaisir.

Vous gagnerez beaucoup à considérer la Vie non comme une contrée méconnue, pleine de dangers et de menaces, mais comme un monde à explorer, immensément riche de possibilités et de joies.

Découvrir, apprendre, progresser sont des caractéristiques indissociables de votre nature : vivez les donc, en savourant toutes les satisfactions qu’elles peuvent vous procurer.


Cet article m’a été inspiré du livre :

  • « Comment développer vos ressources personnelles » de Francis Delval.

Tous ces atouts :

  • confiance,
  • faculté d’adaptation,
  • audace,
  • talent d’explorateur

relèvent de vos capacités et de vos croyances, thèmes que nous allons explorer lors du prochain article « Ses croyances qui vous encombrent ».


Écrire commentaire

Commentaires: 0